COVID: la radiation pourrait combattre l’inflammation des poumons

MONTRÉAL — Une seule dose de radiation de faible intensité pourrait atténuer l’inflammation dans les poumons des patients les plus durement touchés par la COVID-19.

Cela pourrait permettre à ces patients de continuer, ou de recommencer, à respirer seuls, sans aide mécanique.

L’intensité de la radiation serait légèrement plus puissante que lors d’un tomodensitogramme, mais plusieurs fois plus faible que celle utilisée, par exemple, pour soigner un cancer.

Plusieurs essais cliniques ont été entamés aux États-Unis et ailleurs pour vérifier l’efficacité de cette intervention.

Lors d’une toute petite étude réalisée à l’Institut de cancérologie Winship de l’Université Emory, quatre des cinq patients traités avec de la radiation n’ont ensuite plus eu besoin d’oxygène supplémentaire, parfois après seulement 24 heures.

Une faible dose de radiation n’a habituellement aucun effet sur une infection virale, mais elle semble en mesure de freiner l’inflammation et pourrait donc calmer la tempête cytokinique qui ravage parfois les poumons des patients infectés par le SRAS-CoV-2.

Le traitement a été utilisé lors de la pandémie d’influenza 1918 pour traiter des cas de pneumonie virale.

Les plus populaires