Crédit d’impôt pour les aînés: pas un sou de plus sans un contrôle accru, dit QS

QUÉBEC — Pas question d’augmenter le crédit d’impôt pour le maintien à domicile des aînés sans encadrer davantage les résidences pour personnes âgées (RPA).

C’est ce qu’a réclamé Québec solidaire (QS) mardi concernant cette mesure fiscale de 600 millions $ dont bénéficient 340 000 aînés. 

Le Regroupement des résidences pour aînés (RQRA) ainsi que des grands gestionnaires de résidences réclament une augmentation de cette mesure fiscale qui aide les personnes âgées à payer leur loyer ainsi que des services en résidence. Ils ont mandaté des lobbyistes et des discussions sont en cours actuellement dans le contexte des consultations prébudgétaires.

«Il n’y aura jamais d’acceptabilité sociale pour donner un dollar d’aide à ces entreprises sans un encadrement strict de ce marché», a tranché le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en conférence de presse à l’Assemblée nationale.

QS réclame notamment un contrôle des hausses de loyer ainsi qu’un suivi et des inspections plus serrées des autorités, dans la foulée de la pandémie qui a frappé les RPA parfois tragiquement.     

«Pour les grandes entreprises contrôlées par des géants immobiliers très riches, il est hors de question que ces entreprises très profitables bénéficient de l’aide de l’État, si de l’autre côté on ne restreint pas sévèrement leur capacité à augmenter les loyers», a-t-il plaidé. 

Pour sa part, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a confirmé que des discussions sont en cours dans le contexte des consultations prébudgétaires, mais qu’il est trop tôt pour en prédire l’issue.   

Laisser un commentaire