Bloc québécois: la députée Marilène Gill en réflexion

OTTAWA — La députée bloquiste Marilène Gill quitte ses fonctions parlementaires pour réfléchir à son avenir politique.

Elle en a fait l’annonce sur Twitter mercredi après-midi.

«Après la tempête, l’horizon s’ouvre grand!, a-t-elle écrit. J’ai besoin de recul pour réfléchir à ma place au Bloc Québécois. Tout est possible. Pour avoir cet espace de réflexion, j’annonce que je quitte mes fonctions de whip et de leader parlementaire.»

Elle garde donc son siège à la Chambre des communes et demeure députée du parti.

Cette annonce survient quelques jours après un conseil général où environ 200 militants ont accepté de remettre en question les fondements du Bloc québécois. L’assemblée visait également à réunir les deux camps qui s’étaient formés durant la crise qui a secoué le parti au cours des derniers mois.

Sept députés avaient claqué la porte en dénonçant l’intransigeance de l’ex-chef du Bloc québécois, Martine Ouellet. Celle-ci a fini par quitter ses fonctions en juin. Deux députés ont depuis réintégré les rangs bloquistes. Marilène Gill était restée fidèle Mme Ouellet et l’avait défendue tout au long de cette période.

Dans un message envoyé à La Presse canadienne, la députée a expliqué qu’elle avait pris cette décision pour des motifs personnels.

Un porte-parole de Mme Gill avait indiqué plus tôt à La Presse canadienne qu’elle était «heureuse du conseil général, de la réunification du parti et du retour possible» des députés dissidents. Il a aussi confirmé qu’elle comptait solliciter un deuxième mandat dans la circonscription de Manicouagan en 2019 et qu’elle se donnait une période de réflexion sur son avenir politique.

Le chef intérimaire du Bloc québécois, Mario Beaulieu, n’a pas souhaité commenter la nouvelle. Son attaché de presse, Mathias Boulianne, soutient que Mme Gill a pris cette décision dans un geste d’unité afin de «faire de l’espace pour redéfinir les postes (au sein du caucus)» en vue d’un retour des cinq députés.

Mme Gill a toutefois précisé qu’elle ne quitte pas ses fonctions parlementaires pour inciter des députés à revenir au Bloc québécois même si elle tient à l’unification du parti.

Ces députés qui forment aujourd’hui le parti Québec debout doivent se rencontrer vendredi en vue de la reprise des travaux parlementaires à la mi-septembre. Il sera inévitablement question du Bloc québécois, mais le porte-parole du groupe, Rhéal Fortin, a indiqué qu’aucune décision ne serait prise ce jour-là sur un éventuel retour.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie