Crise énergétique en Europe: faut-il tamiser les lumières de Noël cette année?

VÉRONE, Italie — Des consommateurs sirotant du vin chaud et faisant des emplettes, notamment de décorations des Fêtes, ont envahi le marché de Noël de Vérone, en Italie, pour son week-end inaugural. 

Au-delà des étalages de marché en bois, la ville italienne n’a toujours pas revêtu ses lumières scintillantes de Noël dans ses rues piétonnes alors que les fonctionnaires débattent de la luminosité de la saison tandis que sévit une crise énergétique en Europe. 

Dans toutes les villes d’Europe, les autorités sont aux prises avec un choix alors que les prix de l’énergie ont augmenté en raison de la guerre de la Russie en Ukraine. Plusieurs songent à tamiser les lumières de Noël cette année non seulement pour économiser de l’énergie et protéger les coffres publics, mais aussi en guise de solidarité avec les citoyens qui peinent à payer leurs factures gonflées par l’inflation.

Dans une autre perspective, les détaillants veulent laisser les lumières briller après deux ans de pandémie, pour illuminer les villes avec la joie des Fêtes dans l’espoir d’amener les consommateurs à délier les cordons de leur bourse.

«S’ils enlèvent les lumières, ils pourraient aussi bien éteindre Noël », a déclaré Estrella Puerto, qui vend des mantilles espagnoles traditionnelles, des voiles en dentelle pour femmes, dans un petit magasin de Grenade, en Espagne.

On observe déjà que moins de lumières scintillantes dans l’arbre central illuminent le célèbre marché de Noël de Strasbourg, en France, qui attire deux millions de personnes chaque année, la ville cherchant à réduire la consommation d’énergie publique de 10 % cette année. 

De Paris à Londres, les responsables municipaux limitent les heures d’éclairage de la période des Fêtes, et beaucoup d’entre eux ont opté pour des lampes à DEL plus écoénergétiques ou des sources d’énergie renouvelable. Par exemple, le quartier commercial d’Oxford Street, à Londres, espère réduire sa consommation d’énergie des deux tiers en limitant la durée de l’éclairage de ses lumières et en installant des ampoules DEL.

On constate aussi que le long de l’avenue Andrassy de Budapest, souvent appelée les Champs-Élysées de Hongrie, que les fonctionnaires ont décidé de ne pas baigner quelque deux kilomètres de lumières blanches comme dans les années passées. L’éclairage est également réduit sur les monuments de la ville, y compris les ponts sur le Danube.

«Économiser sur l’éclairage décoratif, c’est vivre à une époque où nous avons besoin de chaque source d’énergie », a déclaré le maire adjoint de Budapest, Ambrus Kiss. 

Il ne pense pas qu’économiser sur l’éclairage dissuadera les touristes de venir dans la ville, qui détient deux marchés de Noël qui attirent des centaines de milliers de visiteurs chaque année. 

«Je pense que c’est un débat exagéré», a-t-il dit.

En Roumanie, les lumières festives, composées de LED cette année, seront également tamisées entre 1 h 00 et 6 h 00 du matin dans le vieux centre-ville de Brasov, dans le centre du pays et même éteintes ailleurs, ont indiqué des fonctionnaires. 

La crise énergétique, provoquée en grande partie par la Russie qui a coupé dans l’approvisionnement en gaz naturel à l’Europe, mène aussi à des gestes d’innovation. Dans la ville de montagne italienne de Borno, en Lombardie, les cyclistes à vélo stationnaire alimentent le sapin de Noël de la ville, en alimentant ses batteries d’énergie cinétique. Plus vite ils pédalent, plus les lumières sont lumineuses. 

En Italie, de nombreuses villes allument traditionnellement des arbres de Noël sur les places publiques le 8 décembre, la fête de l’Immaculée Conception, tout en laissant le temps de concevoir des plans pour des expositions de rue festives. Les responsables de la ville de Vérone au nord discutent de limiter l’éclairage à quelques rues commerçantes clés et d’utiliser les économies réalisées pour aider les familles dans le besoin. 

«À Vérone, l’atmosphère est là de toute façon », a déclaré Giancarlo Peschiera, dont le magasin de manteaux de fourrure surplombe la Piazza Bra de Vérone, où les officiels allument samedi une énorme étoile filante qui s’arque de l’amphithéâtre de l’ère romaine dans la place. 

La ville installera également un arbre de Noël sur la place principale et un pâtissier a érigé des arbres festonnés dans trois autres endroits. 

«Nous pouvons nous passer des lumières. Il y a les étals de Noël et les vitrines des magasins sont parées pour les Fêtes », souligne M. Peschiera. 

Après deux Noëls en raison des restrictions liées à la COVID-19, certains qualifient les efforts de conservation de «foutaises». 

«Ce n’est pas Noël toute l’année », a fait remarquer la Parisienne Alice Betout, âgée de 39 ans. «Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement profiter de la période des Fêtes comme d’habitude et faire les économies (d’énergie) le reste de l’année? »

Les vacances brilleront en Allemagne, où la saison de fin d’année est un coup de pouce majeur pour les détaillants et les restaurants. Les compressions d’urgence annoncées cet automne ont expressément exempté l’éclairage religieux, en particulier celui de Noël, alors même que les militants écologistes réclamaient la retenue. 

En Espagne, la ville portuaire de Vigo, au nord-ouest du pays, ne laisse pas la crise énergétique entraver sa tradition de mettre en scène l’exposition de lumière de Noël la plus extravagante du pays. Avant d’autres villes, Vigo a allumé le spectacle de lumière le 19 novembre dans ce qui est devenu une attraction touristique importante. 

Bien que le gouvernement central exhorte les villes à réduire les illuminations, l’installation de cette année est composée de 11 millions de lumières LED sur plus de 400 rues, soit 30 de plus que l’année dernière et bien plus que toute autre ville espagnole. Dans une petite contribution aux économies d’énergie, elles resteront allumées une heure de moins chaque jour. 

Les lumières sont le projet favori du maire Abel Caballero. «Si nous ne fêtions pas Noël, (le président russe Vladimir) Poutine gagnerait », a-t-il déclaré. 

En Allemagne, l’association des exposants des marchés de Noël a déclaré qu’une visite au marché de Noël en famille consomme moins d’énergie que de rester à la maison. Une famille de quatre personnes consacre en moyenne une heure à cuisiner sur une cuisinière électrique, à écouter un film de deux heures, à faire fonctionner une console vidéo et à éclairer les chambres des enfants. Selon l’association, une famille consommerait ainsi en moyenne 0,711 kilowattheure par personne, comparativement à 0,1 à 0,2 kilowattheure par personne pour se promener dans un marché de Noël. 

«Si les gens restent à la maison, ils ne s’assoient pas dans le coin dans le noir », a déclaré Frank Hakelberg, directeur général de la German Showmen’s Association. «Les pommes de terre de salon consomment plus d’énergie que lorsqu’elles sont au marché de Noël.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.