«Croire en la science»: l’UE lance sa campagne de vaccination contre la COVID-19

ROME — Médecins, infirmières et aînés ont retroussé leurs manches à travers l’Union européenne, dimanche, pour recevoir les premières doses du vaccin contre la COVID-19 dans un moment d’unité et d’espoir pour le Vieux Continent.

Même si quelques pays ont commencé à l’administrer un jour plus tôt, son déploiement coordonné par le bloc de 27 nations visait affirmer d’une même voix que le vaccin est sûr et qu’il représente la meilleure chance de sortir de la crise.

Pour les travailleurs de la santé, les premières doses ont apporté un grand soulagement ainsi qu’une occasion d’exhorter publiquement les 450 millions d’Européens à se faire vacciner pour leur propre santé et pour celle des autres autour d’eux.

«Aujourd’hui, je suis ici en tant que citoyenne, mais surtout en tant qu’infirmière, pour représenter ma catégorie et tous les travailleurs de la santé qui choisissent de croire en la science», a déclaré Claudia Alivernini, 29 ans, la première des cinq professionnels à recevoir le vaccin à l’hôpital Spallanzani de Rome.

Le responsable de la gestion du virus en Italie, Domenico Arcuri, a souligné que les premières doses du pays ont été administrées à Spallanzani puisque c’est l’endroit où la COVID-19 a d’abord été détectée en janvier, par le biais d’un couple chinois en visite de Wuhan. En quelques semaines, le nord de la Lombardie est devenu l’épicentre du virus en Europe et a servi de mise en garde pour les régions riches qui n’étaient pas préparées face à une pandémie. 

«Nous savons que la journée d’aujourd’hui n’est pas la fin de la pandémie, mais c’est le début de la victoire», a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz, dimanche.

Les vaccins mis au point par la société allemande BioNTech et le fabricant américain Pfizer ont commencé à faire leur arrivée vendredi dans les hôpitaux de l’Union européenne, transportés dans des conteneurs maintenus à des températures très basses à partir d’une usine en Belgique. 

Chaque pays n’a reçu qu’une fraction des doses requises —  moins de 10 000 dans les premiers lots —  avec un déploiement plus important prévu en janvier, lorsque davantage de doses seront disponibles. Tous ceux qui se font vacciner dimanche devront recevoir une seconde dose dans trois semaines.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a affirmé qu’avec les autres produits présentement en développement, l’UE disposera de plus de vaccins que nécessaire en 2021. Le bloc pourrait partager ses excédents avec les Balkans occidentaux et des pays africains, a-t-elle indiqué.

– Par Nicole Winfield et Vanessa Gera, The Associated Press

Laisser un commentaire