CRTC: Péladeau appelle au démantèlement de Bell, qu’il qualifie de «danger public»

MONTRÉAL — Piqué au vif par la volonté de Bell de se porter acquéreur des stations télé de V, Pierre Karl Péladeau a demandé ni plus ni moins que le démantèlement de Bell, mercredi, devant le CRTC.

Dans le cadre des audiences du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) sur la transaction, à Montréal, le président et chef de la direction de Québecor a aussi qualifié Bell de «danger public» et de «pieuvre multitentaculaire» que les autorités réglementaires doivent freiner.

«Il est déjà trop tard et on devrait penser au démantèlement de Bell», a lancé M. Péladeau aux trois conseillers qui procèdent à l’audience. Le CRTC doit bloquer l’achat de V par Bell, «c’est l’intérêt public qui est en cause», a-t-il ajouté.

«Bell veut terminer son exercice de monopolisation en acquérant V», s’est-il exclamé, en traitant aussi Bell de «prédatrice».

M. Péladeau a déploré le fait que Bell, pour convaincre du bien-fondé de son achat de V, se concentre essentiellement sur les parts de marché de chacun, en affirmant qu’elle ne serait pas si dominante dans le marché francophone au pays.

Mais Bell oublie de souligner la position de force qu’elle détiendrait pour procéder aux acquisitions de séries télé à la fois pour les marchés anglophone et francophone. Et le principe vaut aussi pour les tarifs publicitaires, a relevé M. Péladeau. Il ne pourrait y avoir de lutte à armes égales, croit-il.

Les engagements de Bell

En avant-midi, Bell a présenté son projet au CRTC.

V représente «ce qui nous manque pour compétitionner avec les deux grands joueurs» du marché francophone, soit Radio-Canada et TVA, a expliqué Karine Moses, présidente de Bell Média pour le Québec.

Bell s’est engagé à ne fermer aucune des stations régionales de V au Québec, s’il est autorisé à faire l’acquisition du groupe. Il s’est aussi engagé à offrir de la programmation locale, qui passerait par la production de nouvelles à l’interne avec des bulletins dont la forme reste à être déterminée.

Certaines «synergies» pourraient être obtenues avec CTV, sa chaîne généraliste anglophone, mais pas d’intégration entre V et CTV. Le service de nouvelles de V serait indépendant, a-t-on insisté.

Reste à savoir si cette question de programmation locale et de nouvelles locales deviendra une condition de licence proprement dite que le CRTC imposerait à Bell.

Selon les exigences actuelles des stations V pour les nouvelles et la programmation locale, que Bell veut appliquer, au moins 5 pour cent des revenus du groupe seront consacrés aux nouvelles locales. De même, chaque station diffusera au moins cinq heures de programmation locale par semaine, dont au moins deux heures et demie de «nouvelles offrant un reflet local».

Bell a dit vouloir offrir une programmation originale et non servir à satiété des séries américaines traduites.

«Penser qu’on va acheter des séries américaines pour en mettre en quantité sur V ce n’est pas du tout dans le coeur de notre stratégie, parce qu’on veut donner de la croissance à la chaîne», a affirmé Suzanne Landry, vice-présidente au développement de contenu et programmation de langue française chez Bell.

Les plus populaires