Cuomo soulève des doutes liées à la COVID-19 après le décès d’un garçon

ALBANY, N.Y. — Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, soutient que la mort d’un garçon de cinq ans qui a montré des symptômes d’un rare syndrome remet en question les hypothèses selon lesquelles les enfants ne peuvent pas être touchés par des complications liées à la COVID-19.

M. Cuomo n’a pas fourni de détails sur l’enfant décédé jeudi. Mais le gouverneur démocrate a déclaré qu’il y avait eu 73 cas signalés dans l’État de jeunes présentant des symptômes comme ceux du syndrome de Kawasaki — une maladie inflammatoire rare chez les enfants — et du syndrome de choc toxique.

New York est l’État américain le plus durement touché par la pandémie de coronavirus.

M. Cuomo a qualifié le fait qu’un enfant pourrait être affecté par le virus du «cauchemar de tous les parents».

Des dizaines d’enfants ailleurs aux États-Unis ont été hospitalisés pour ce syndrome qui, selon des scientifiques, pourrait être lié au coronavirus.

Le syndrome de Kawasaki se caractérise par une fièvre prolongée, un gonflement des ganglions, des arthrites, une éruption cutanée, ainsi qu’une inflammation de la paume de la main et de la plante du pied.

La Société canadienne de pédiatrie s’intéresse au syndrome inflammatoire.

La société a dit récemment prévoir publier une directive aux pédiatres, possiblement au début de la semaine prochaine, à propos des symptômes qui s’apparentent à ceux du syndrome de Kawasaki, même si aucun lien avec la COVID-19 n’a été établi jusqu’ici.

Une importante recherche est en cours avec le Programme canadien de surveillance pédiatrique pour déterminer combien d’enfants sont sévèrement affectés par la COVID-19 et de quelles manières. Une porte-parole a affirmé que cela pourrait inclure des cas qui seraient associés au syndrome de Kawasaki, la principale cause de maladie cardiaque chez les enfants.

Une pédiatre spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal a dit que la COVID-19 pourrait être la cause de plus d’une dizaine de cas associés au syndrome de Kawasaki dans l’établissement.

Ces cas ont été recensés au cours des trois ou quatre dernières semaines.

La Dre Fatima Kakk a souligné qu’il est plutôt inhabituel d’en constater autant en si peu de temps.

Aucun de ces enfants n’a reçu un diagnostic positif au nouveau coronavirus.

L’administratrice en chef de la santé publique au Canada, la Dre Theresa Tam, a mentionné cette semaine que les parents qui sont préoccupés devraient contacter leur spécialiste de la santé.

«Les pédiatres connaissent très bien le syndrome de Kawasaki puisqu’il est souvent provoqué par des infections virales ou d’autres maladies infectieuses. Il n’est donc pas spécifique à la COVID-19, et ils (les pédiatres) savent comment le traiter.»

Les plus populaires