Les candidats LGBTQ se démarquent aux élections américaines

Ces victoires marquantes pour la communauté LGBTQ sont survenues non seulement dans des États bleus, mais aussi des États rouges.

NEW YORK — Dans tout le pays, les candidats LGBTQ ont remporté des victoires historiques lors des élections de mardi, dont la première personne transgenre qui a été élue au Sénat, et les premiers hommes noirs ouvertement homosexuels qui ont remporté des sièges au Congrès.

Ces victoires marquantes sont survenues non seulement dans des États bleus, mais aussi des États rouges. Au Tennessee, le républicain Eddie Mannis, qui est gai, et le démocrate Torrey Harris, qui s’identifie comme bisexuel, ont remporté des sièges à la Chambre des représentants de l’État.

Selon le LGBTQ Victory Fund, qui recrute et soutient les candidats LGBTQ, seulement l’Alaska, la Louisiane et le Mississippi n’ont jamais élu un législateur de la communauté LGBTQ.

« Torrey et Eddie ont envoyé un message clair que les candidats LGBTQ peuvent gagner dans un État profondément rouge tout en étant authentiques », a déclaré la présidente du Victory Fund, l’ancienne mairesse de Houston, Annise Parker.

« Leur présence dans la Chambre de l’État peut diluer les voix anti-LGBTQ les plus toxiques et conduire à une législation plus inclusive. »

À New York, l’avocat Mondaire Jones a gagné dans un quartier en banlieue de New York et Ritchie Torres, membre du conseil municipal de New York, a remporté un siège dans le Bronx. Ils sont ainsi devenus les premiers hommes noirs homosexuels à se faire élire à la Chambre des représentants des États-Unis. Les deux politiciens sont démocrates.

Les deux « apporteront des perspectives uniques basées sur des expériences vécues jamais représentées auparavant au Congrès américain », a souligné Mme Parker.

Avec les victoires de MM. Jones et Torres, il y aura neuf élus faisant ouvertement partie de la communauté LGBTQ dans la Chambre des représentants à compter de janvier. Les sept autres représentants ont été réélus.

Au Delaware, la démocrate Sarah McBride a remporté sa course au Sénat avec plus de 70 % des voix et deviendra la première sénatrice ouvertement transgenre au pays.

« J’espère qu’un jeune enfant LGBTQ, ici, au Delaware ou vraiment n’importe où dans ce pays pourra regarder les résultats et comprendre que notre démocratie est assez grande pour eux aussi », a affirmé Mme McBride.

Mme McBride était stagiaire à la Maison Blanche sous le président Barack Obama et est devenue en 2016 la première personne ouvertement transgenre à prononcer un discours lors d’une grande convention du parti.

Deux autres démocrates sont devenus les premières personnes ouvertement transgenres à remporter des sièges dans les Chambres de leurs États : Taylor Small au Vermont et Stephanie Byers au Kansas.

Mme Byers, une enseignante au secondaire à la retraite, a dit espérer que sa victoire encouragera d’autres transgenres à se présenter au Kansas, un État conservateur.

« Cela aide les personnes transgenres à confirmer que ce sont des personnes qui comptent, des personnes importantes et des personnes qui peuvent réussir dans leur vie », a-t-elle déclaré au Wichita Eagle.

Avant les élections de mardi, il y avait quatre autres élus transgenres dans les assemblées législatives des États du pays, selon le Victory Fund.

En Géorgie, la démocrate Kim Jackson, une lesbienne militante pour la justice sociale, est devenue la première personne LGBTQ à remporter un siège au Sénat de l’État. Shevrin Jones, un ancien représentant de l’État ouvertement gai, a accompli le même exploit au Sénat de la Floride. Et à New York, Jabari Brisport, un professeur de mathématiques, est devenu la première personne de couleur ouvertement LGBTQ élue à la législature.

Dans l’Oklahoma, Mauree Turner, une personne noire, musulmane et identifiée comme non binaire, a remporté un siège pour les démocrates à la Chambre des représentants de l’État.

« J’ai toujours vécu une vie où les gens doutent de ma voix ou du pouvoir que j’ai, a indiqué Mauree Turner. Je ne serais pas allé.e bien loin si j’avais laissé quelque chose comme ça m’affaiblir. »

Laisser un commentaire