Des élèves ontariens quittent les classes pour dénoncer les coupes en éducation

TORONTO — Plusieurs élèves des écoles secondaires de l’Ontario ont quitté jeudi après-midi leur salle de cours pour protester contre les coupes dans l’éducation prévues par le gouvernement provincial.

Le gouvernement progressiste-conservateur a soulevé un tollé en annonçant diverses mesures touchant le système d’éducation de la province, comme l’augmentation du nombre d’élèves par classe, une hausse du nombre de cours donnés par internet et la modification du programme d’aide pour les enfants autistes de la province.

Selon l’un des organisateurs du mouvement, le gouvernement Ford a allumé l’étincelle du militantisme politique chez les jeunes Ontariens.

«Ils sont en colère. Ils sont blessés et ils sont prêts à se lever», a déclaré Frank Hong, du Marc Garneau Collegiate Institute, de Toronto.

M. Hong, codirecteur général du groupe qui a organisé la sortie des classes, estime que le mouvement a rejoint des élèves de plus de 700 écoles, qui «sont vraiment prêts à faire entendre leur voix». 

Un certain nombre d’élèves protestataires en avaient contre l’augmentation des effectifs dans les classes.

«Dans certaines écoles, les classes sont déjà trop grandes, a déclaré Maira Nisar, une élève du Bloor Collegiate Institute de Toronto. Cette mesure va empirer la situation.»

Une autre élève, Megan Garzon, a dit que les jeunes comprennent la volonté du gouvernement de réduire ses dépenses, mais ils ne veulent pas que l’éducation soit sa cible de prédilection.

«Nous savons qu’il y a un déficit, mais cela ne signifie pas que l’éducation devrait être le premier secteur touché par les coupes», a-t-elle estimé.

Certaines commissions scolaires ont écrit à la ministre de l’Éducation, craignant que l’augmentation prévue du nombre d’élèves par classe signifie qu’elles seront contraintes d’offrir moins de cours au choix, notamment dans le domaine des arts et dans les métiers spécialisés.

Des commissions scolaires de la région de Peel, de Toronto et de l’est de l’Ontario ont expliqué à la ministre Lisa Thompson que sa décision d’augmenter le nombre moyen d’élèves par classe dans les écoles secondaires — le faisant passer de 22 à 28 — nuirait à l’apprentissage des élèves.

Dans un «Guide de l’organisateur» détaillé disponible en ligne, les organisateurs de la manifestation #StudentsSayNo remercient les participants «d’être un feu d’artifice puissant et lumineux au milieu d’un ciel sombre et calme».

Au cours de la période de questions à l’Assemblée législative de l’Ontario, la ministre Thompson a dit que le gouvernement ne se laisserait pas distraire par le mouvement de protestation des élèves, qu’elle a décrit comme un coup publicitaire monté par les syndicats et alimenté par l’opposition.