De nouvelles accusations de nature sexuelle contre l’ancien maire de Burns Lake

VICTORIA — Un procureur extraordinaire en Colombie-Britannique a approuvé le dépôt de 29 accusations de nature sexuelle contre un ancien maire de Burns Lake, Luke Strimbold.

Dan McLaughlin du Service des poursuites de la province a énuméré les différents chefs d’accusation qui ont été portés contre Strimbold: agressions sexuelles, attouchements sexuels et incitations à des contacts sexuels. Tous les faits reprochés impliquent six personnes âgées de moins de 16 ans.

En mars, un procureur extraordinaire, Leonard Doust avait été nommé après que 24 accusations eurent été initialement déposées. Il avait été nommé dans ce dossier parce que Strimbold était un ancien maire et conservait des liens avec le Parti libéral de la Colombie-Britannique.

Selon un communiqué de presse du Service des poursuites, M. Doust a refusé d’approuver un chef lancé par un autre plaignant, car, selon lui, les critères d’évaluation d’une accusation n’avaient pas été respectés.

M. Doust a donné son aval à d’autres accusations de nature sexuelle impliquant trois autres plaignants.

Aucune des allégations n’a été prouvée contre Strimbold, qui doit comparaître devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique, le 1er octobre.

Le procureur spécial a choisi d’aller en procès par mise en accusation directe, évitant ainsi la nécessité d’une enquête préliminaire sur l’affaire.

Strimbold a été président de l’adhésion au Parti libéral de la Colombie-Britannique. Il a remis sa démission en mars autant à titre de membre de l’exécutif qu’adhérents.

Il a été le plus jeune maire de l’histoire de la province. Il n’était âgé que de 21 ans lorsque les électeurs l’ont envoyé à la mairie. Réélu en 2014, il avait choisi de démissionner deux ans plus tard, prétextant la poursuite de ses études.