De petites villes de Terre-Neuve risquent des pénuries à cause des incendies de forêt

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le maire adjoint d’une petite ville du sud de Terre-Neuve affirme que sa communauté manque déjà de nourriture, car elle est toujours coupée du reste de l’île par les pires feux de forêt que la province ait connus depuis plus de 60 ans.

Roy Drake a estimé lundi que les trois épiceries d’Harbour Breton n’auront plus de nourriture d’ici un jour ou deux. M. Drake, qui est lui-même propriétaire de la plus petite de ces trois épiceries dans cette ville d’environ 1600 habitants, raconte que déjà, il ne reste plus de lait et de pain sur ses étagères.

En entrevue téléphonique, lundi, il explique que les choses commencent à devenir stressantes pour la plupart des résidents de sa petite communauté. Il soutient qu’Harbour Breton et les municipalités de la région ont besoin d’être ravitaillées «dans un jour ou deux».

Au cours des deux dernières semaines, des incendies de forêt ont forcé les autorités à fermer par intermittence une route de 200 kilomètres reliant l’autoroute transcanadienne à la péninsule Connaigre, où se trouvent les petites villes de Harbour Breton, Hermitage et Conne Rivière. Cette route 360 a été ouverte pour la dernière fois jeudi dernier, selon les mises à jour régulières du ministère des Forêts.

Le gouvernement de la province a déclaré l’état d’urgence, en grande partie à cause de la fumée et de la qualité de l’air, pour tout le secteur s’étendant de la péninsule de Connaigre jusqu’à l’autoroute Transcanadienne — jusqu’aux villes de Bishop’s Falls, Grand Falls-Windsor et Botwood. 

Près de 11 000 hectares

Les autorités déclaraient samedi que les feux de forêt brûlaient toujours en régions éloignées, mais que les flammes ne présentaient aucun risque pour les maisons ou les résidents.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux samedi soir, le premier ministre Andrew Furey a décrit l’un de ces incendies comme le plus important que la province ait connu depuis 1961. Dimanche, le gouvernement provincial signalait quatre incendies actifs, couvrant environ 10 800 hectares.

La Croix-Rouge canadienne a mis en place un refuge d’urgence pour les personnes bloquées au nord des incendies, dans le centre de Terre-Neuve. Le gouvernement du Québec a envoyé sur place des sapeurs-pompiers et des hydravions pour combattre les flammes dans l’île.

Pour ceux qui sont bloqués au sud des incendies de la péninsule de Connaigre, le ministère provincial des Transports a retenu les services d’un traversier afin de commencer à apporter par mer des fournitures aux communautés bloquées et pour aider les gens à partir.

Ce traversier devrait arriver mardi, mais le maire adjoint Drake rappelle que le bateau accostera dans la ville voisine d’Hermitage, qui a déjà besoin elle aussi d’être approvisionnée, et qui se trouve encore à une cinquantaine de kilomètres d’Harbour Breton.

David Neil, météorologue chargé de la préparation aux alertes à Environnement Canada, a déclaré que les incendies avaient été déclenchés le 24 juillet par la foudre, au milieu d’un été anormalement chaud et sec dans l’île. «Il s’agit d’une situation tout à fait unique», a-t-il déclaré, bien qu’il ait hésité à l’attribuer directement au changement climatique.

M. Neil a indiqué qu’on prévoyait une dizaine de millimètres de pluie pour la région mardi. «Ce n’est pas beaucoup, mais au moins, ça devrait aider les équipes qui essaient de contenir les flammes.» 

Le chef néo-démocrate fédéral, Jagmeet Singh, a estimé lundi dans un communiqué que ces incendies sont la preuve que les libéraux de Justin Trudeau doivent faire plus pour lutter contre les changements climatiques.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.