De violents combats font rage dans le sud de l’Ukraine occupé par la Russie

KYIV, Ukraine — L’Ukraine a affirmé mardi avoir détruit des ponts et des dépôts de munitions ainsi que pilonné des postes de commandement lors d’une vague de combats dans le sud du pays occupé par la Russie, alimentant la spéculation selon laquelle sa contre-offensive tant attendue pour tenter de renverser le cours de la guerre était en cours. La Russie a déclaré avoir repoussé l’attaque et infligé de lourdes pertes.

Les affrontements ont eu lieu dans la région de Kherson, où les forces de Moscou ont engrangé des gains importants au début de la guerre. Les autorités ukrainiennes ont laissé le monde deviner leurs intentions lors de la dernière série de combats et ont mis en garde contre un optimisme excessif dans un conflit qui a déjà connu des renversements de situation.

Alors que la vérification indépendante des faits sur le champ de bataille est difficile, le ministère britannique de la Défense a indiqué dans un rapport du renseignement que plusieurs brigades ukrainiennes avaient intensifié leurs tirs d’artillerie dans les secteurs du front du sud de l’Ukraine.

La ville portuaire de Kherson est un pôle économique important à proximité de la mer Noire et fut la première grande ville à tomber aux mains des Russes dans la guerre qui a commencé il y a six mois.

Le bureau présidentiel ukrainien a rapporté que «de puissantes explosions se sont poursuivies jour et nuit dans la région de Kherson. Des batailles acharnées se déroulent pratiquement dans toute la région». Les forces ukrainiennes ont détruit les dépôts de munitions et tous les grands ponts sur le fleuve Dniepr qui sont vitaux pour acheminer le ravitaillement des troupes russes, a ajouté le bureau.

L’armée ukrainienne a également signalé avoir détruit un pont flottant sur le Dniepr que les forces russes étaient en train d’installer et avoir frappé une douzaine de postes de commandement dans la région avec des tirs d’artillerie.

L’agence de presse d’État russe Tass a rapporté que cinq explosions ont secoué Kherson mardi matin — des explosions très probablement causées par des systèmes de défense aérienne.

Au milieu des discussions sur une contre-offensive majeure, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé lundi dans son discours vidéo nocturne que personne «n’entendra de détails d’aucune personne vraiment responsable» sur les intentions de Kyiv, «parce que c’est la guerre».

Le ministère britannique de la Défense a souligné que la plupart des unités russes autour de Kherson «sont probablement sous-équipées et dépendent de lignes d’approvisionnement fragiles» tandis que ses forces là-bas subissent une réorganisation importante.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, le lieutenant-général Igor Konachenkov, a affirmé que ses forces avaient bien résisté et que l’Ukraine avait perdu des centaines de soldats, de chars et d’autres véhicules blindés lors de la bataille de lundi. Son affirmation n’a pas pu être vérifiée de manière indépendante.

L’analyste militaire ukrainien indépendant Oleh Zhdanov a déclaré à l’Associated Press qu’«il ne sera possible de parler de l’efficacité des actions ukrainiennes qu’après la reprise des grandes villes». Il a ajouté que les forces ukrainiennes avaient percé les première et deuxième lignes de défense dans la région de Kherson à plusieurs reprises dans le passé, «mais cela n’a pas donné de résultats».

«La chose la plus importante est le travail de l’artillerie ukrainienne sur les ponts, que l’armée russe ne peut plus utiliser», a expliqué M. Zhdanov.

La guerre s’est retrouvée dans une impasse au cours des derniers mois, le nombre de victimes augmentant et la population locale supportant le poids des souffrances lors des bombardements incessants dans l’est et le sud.

Parmi les craintes que les combats autour de la centrale nucléaire de Zaporijjya, occupée par la Russie, ne conduisent à une catastrophe, une équipe d’experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) des Nations unies a été envoyée en mission pour visiter et protéger le complexe. L’Ukraine et la Russie se sont mutuellement accusées de bombarder la zone à plusieurs reprises.

Nikopol, une ville située sur l’autre rive du Dniepr par rapport à l’usine, a de nouveau subi un déluge de bombardements intensifs, ont déclaré les autorités locales, avec une gare routière, des magasins et une bibliothèque pour enfants endommagés. La ville de Zaporijjya, à environ 50 kilomètres de l’usine, a été ciblée par une frappe de missile russe, selon l’Ukraine.

— Avec les informations de Yuras Karmanau à Tallinn, en Estonie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.