Décès de Bill Blaikie, ancien député néo-démocrate de longue date

WINNIPEG — Le politicien manitobain Bill Blaikie, qui a passé près de 30 ans en tant que député du Nouveau parti démocratique (NPD) fédéral, est décédé.

Son fils, le porte-parole du NPD en matière de finances, Daniel Blaikie, a publié une déclaration sur les réseaux sociaux disant que son père est décédé samedi à la maison en présence de sa femme, Brenda.

Plus tôt ce mois-ci, Bill Blaikie avait annoncé publiquement qu’il entrait en soins palliatifs.

«Nous remercions tout le monde pour leurs aimables paroles et gestes au cours de la semaine dernière depuis que Bill a annoncé publiquement qu’il s’en allait en soins palliatifs», indique une déclaration de la famille.

«Les joueurs de cornemuse au bord de la rue, la nourriture, les fleurs et surtout les histoires sur la façon dont Bill a inspiré et diverti les gens au fil des ans ont été un réconfort pour lui et pour nous dans ses derniers jours.»

M. Blaikie a été élu pour la première fois à la Chambre des communes en 1979, représentant une circonscription de Winnipeg sous les couleurs du NPD, et à un moment donné, il a été le député le plus ancien de la Chambre des communes.

Il a quitté Ottawa en 2008, a remporté un siège à l’Assemblée législative du Manitoba l’année suivante et a été nommé ministre de la Conservation de la province avant de quitter la politique en 2011.

La déclaration de la famille indique que les détails des funérailles suivront au cours des prochains jours. 

Dans un message de condoléances à la famille de Blaikie, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a qualifié l’ancien député de «géant» du parti.

«Son engagement indéfectible envers la justice sociale et économique, sa connaissance légendaire du parlement et son sens de l’humour nous manqueront à tous», a témoigné M. Singh sur les réseaux sociaux.

«Repose au pouvoir Bill.»

M. Blaikie a également occupé un poste de professeur auxiliaire en théologie à l’Université de Winnipeg.

Il a été élu «parlementaire de l’année» par ses collègues députés, en grande partie en raison de sa réputation de travailleur acharné qui évitait les coups bas partisans dans les débats.

En 2003, il a perdu sa candidature à la direction du parti fédéral au profit de Jack Layton lors d’une course à la chefferie qui a opposé M. Layton et sa nouvelle gauche branchée à M. Blaikie et l’aile populiste traditionnelle des Prairies.

M. Blaikie a terminé sa carrière parlementaire en tant que vice-président de la Chambre des communes, expliquant qu’il s’est retiré de la politique fédérale parce qu’il ne voulait pas continuer à faire la navette entre Winnipeg et Ottawa.

Son passage à la politique provinciale en a pris beaucoup au dépourvu, avaient fait remarquer à l’époque certains initiés du parti. Il avait expliqué qu’il a cherché à obtenir l’investiture après que l’ancien premier ministre néo-démocrate du Manitoba, Gary Doer, lui a demandé de l’envisager lorsqu’un membre du caucus de M. Doer a démissionné pour se présenter au siège fédéral vacant de M. Blaikie.

L’ancien député néo-démocrate Pat Martin a salué M. Blaikie comme le premier à avoir soulevé la question des changements climatiques à la Chambre des communes en 1983.

Le chef du NPD du Manitoba, Wab Kinew, a qualifié M. Blaikie de «lion» du parti.

«Il s’est battu avec passion, intelligence et foi pour les travailleurs de Transcona et de tout le pays», a déclaré Wab Kinew sur Twitter.

«La famille Blaikie a été si bonne avec nous, au nom de notre mouvement, nous vous adressons nos plus sincères condoléances.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.