Déçu des évêques catholiques, le NPD en appelle directement au pape François

OTTAWA — Le Parlement canadien pourrait choisir de contourner les évêques catholiques du pays et demander directement au pape des excuses pour les pensionnats autochtones.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) utilisera sa journée d’opposition, jeudi, pour débattre une motion en ce sens, motion qui sera soumise au vote aux Communes la semaine prochaine et qui a toutes les chances d’être adoptée.

La semaine dernière, libéraux et néo-démocrates ont voulu que la Chambre adopte unanimement et sans débat une motion qui demandait à la Conférence des évêques catholiques d’intercéder auprès du pape François. Un député conservateur s’est opposé à l’initiative.

Le NPD revient donc à la charge, mais cette fois de manière plus formelle. Un avis de motion a été donné. Impossible donc d’éviter le débat et le vote. Et cette fois, la motion ne s’adresse pas aux évêques mais au pape.

Le député Charlie Angus qui est à l’origine de l’effort dit qu’il a été «surpris» du refus des évêques, exprimé à nouveau la semaine dernière, de transmettre la demande d’excuses. 

«On pensait que c’était le rôle de la Conférence des évêques. (…) Mais les évêques ont refusé de prendre le rôle de porte-parole des catholiques du Canada», s’est-il désolé.

Quant à l’argument de certains conservateurs qu’il n’appartient pas à l’État de donner des ordres à l’Église, le député rappelle qu’État et Église ont travaillé main dans la main pour créer le système de pensionnats qualifié aujourd’hui de génocide culturel. Il souligne l’ironie de se réclamer maintenant du principe de la séparation entre l’Église et l’État pour éviter de présenter des excuses.

Et s’il a été déçu par les évêques, le député ne doute pas du pape. «Nous avons pleinement, pleinement, pleinement confiance que le pape François va comprendre et voudra répondre à la demande», a-t-il dit pendant le point de presse où il annonçait le dépôt de la nouvelle motion.

«Je pense qu’une invitation formelle du Parlement canadien, du peuple canadien, aidera à fermer ce chapitre», a-t-il conclu.

La manoeuvre mettra également en lumière la division des élus conservateurs sur cette question. La semaine dernière, certains d’entre eux avaient signifié leur appui pour la motion avortée.

Texte de la nouvelle motion

Que, pour répondre à l’appel de la Commission de vérité et réconciliation visant à faire avancer notre nation sur le chemin d’une véritable guérison pour les crimes de l’époque des pensionnats autochtones, la Chambre :

(a) invite le pape François à participer à ce cheminement avec les Canadiens et les Canadiennes en répondant à l’appel à l’action numéro 58 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation et à présenter des excuses papales officielles pour le rôle qu’a joué l’Église catholique canadienne dans la mise en place, les opérations et les sévices des pensionnats autochtones;

(b) demande à l’Église catholique canadienne de respecter son obligation morale ainsi que l’esprit de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2006, et de redéployer tous les efforts possibles pour amasser le montant total des fonds convenus;

(c) demande à toutes les entités catholiques impliquées dans les opérations des pensionnats autochtones de faire des efforts cohérents et soutenus pour remettre les documents pertinents lorsqu’elles sont appelées à le faire par des survivants des pensionnats autochtones, par des membres de leur famille ou par des spécialistes travaillant à comprendre l’ampleur des horreurs du système des pensionnats autochtones, dans l’intérêt de la vérité et de la réconciliation.