Demande de circonscription Maurice-Richard par la députée de Crémazie

MONTRÉAL – La députée montréalaise Marie Montpetit déposera jeudi à la Commission de l’Assemblée nationale une proposition de renommer l’actuelle circonscription de Crémazie qu’elle représente en l’honneur de Maurice Richard, mais déjà, l’idée reçoit un accueil favorable de la ministre responsable de la réforme des institutions démocratiques, Rita de Santis.

«Je dis bravo, allons-y», a-t-elle déclaré en entrevue avec La Presse canadienne, mardi, disant espérer que la Commission sur la représentation électorale accueillerait positivement la suggestion avant l’ouverture de la séance de la Commission de l’Assemblée nationale.

Mme Montpetit a expliqué que l’initiative s’appuie sur les démarches de l’Association de hockey mineur des Braves d’Ahuntsic, en collaboration avec la famille Richard. Le célèbre «Rocket» a également été membre fondateur et bénévole émérite de cette organisation de hockey mineur.

«C’est une démarche qui émane de la communauté, c’est une démarche locale», a-t-elle précisé à La Presse canadienne.

«Il venait du quartier et était très impliqué dans la communauté», a fait valoir la députée libérale, rappelant que Maurice Richard avait habité le quartier Ahuntsic durant 50 ans.

«C’est quelqu’un qui a laissé une marque très importante au niveau du territoire. Ça fait partie des critères des choix de la Commission de toponymie, aussi, le lien avec le territoire», a mentionné la députée, notant que rien, dans le quartier où il a grandi et vécu, n’y souligne sa présence.

Mme Montpetit estime que le «Rocket» a insufflé un sentiment de fierté à l’ensemble de la nation québécoise à un moment critique de son histoire, ce qui fait de lui l’un des grands bâtisseurs du Québec moderne et une inspiration pour plusieurs générations.

Rita de Santis abonde dans le même sens, voyant en Maurice Richard un symbole «pas uniquement pour les Québécois de souche. Même moi je vois en lui un symbole important pour le Québec et moi je suis née en Italie!»

Pas de controverse en vue

Le nom actuel de la circonscription a été choisi en l’honneur du poète et libraire Octave Crémazie, né à Québec en 1827 et mort en France en 1879. Outre le boulevard et la station du métro de Montréal qui portent son nom, on note également une salle du Grand Théâtre de Québec.

En fait, selon un recensement de Mme Montpetit, le nom de Maurice Richard n’est accolé qu’à cinq lieux publics, le plus important étant l’aréna qui porte son nom au Parc olympique, les autres étant deux parcs de petite superficie et deux rues, alors qu’une cinquantaine de lieux honorent la mémoire d’Octave Crémazie au Québec.

Elle ne craint donc nullement une levée de boucliers pour préserver le nom de la circonscription, comme cela s’est vu à maintes reprises dans le passé.

«Ce n’est pas débaptiser l’un pour rebaptiser l’autre; c’est vraiment une façon d’honorer un gars de chez nous», dit-elle.

«De toute façon, le métro Crémazie et le boulevard Crémazie ne disparaîtront pas», ajoute-t-elle.

Conformément aux dispositions de la Loi électorale, la délimitation des circonscriptions électorales doit être revue toutes les deux élections générales.