Demandeurs d’asile: des milliers de dollars pour les résidants du chemin Roxham

OTTAWA — Les résidants du chemin Roxham à Saint-Bernard-de-Lacolle pourront recevoir jusqu’à 25 000 $ en compensation pour les désagréments qu’ils ont vécus à cause de l’arrivée des demandeurs d’asile.

«Je suis allé, j’ai parlé aux résidants et j’ai vu le niveau d’activité de la GRC, de l’Agence des services frontaliers et autres responsables qui a eu un impact sur ce qui était autrement une route rurale tranquille», a expliqué le ministre de la Sécurité frontalière, Bill Blair, en précisant qu’il s’agissait d’une compensation appropriée.

Le gouvernement fédéral remettra un montant plus ou moins élevé à ces résidants, selon la proximité de leur domicile avec la frontière canado-américaine. Plus un citoyen habite proche, plus son quotidien a été perturbé, donc plus il recevra d’argent. Le montant couvrira les désagréments subis à partir du 1er avril 2017.

Les fonctionnaires ont divisé le secteur en trois zones: les ménages de la zone A pourront obtenir un montant forfaitaire de 25 000 $, ceux de la zone B une somme de 10 000 $ et ceux de la zone C recevront 2500 $. Les trois zones couvrent les résidences situées entre le chemin Roxham et le poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle.

La porte-parole du ministre Blair, Marie-Emmanuelle Cadieux, n’était pas en mesure de préciser mercredi à combien s’élèverait le montant total du dédommagement.

«On ne peut pas être contre la vertu, a réagi le député bloquiste Luc Thériault. Par contre, il y a une chose qui est certaine, il va falloir qu’ils structurent davantage le trafic aux frontières.»

«La compensation pour les gens qui sont touchés, c’est quelque chose de positif, a offert le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, en rappelant que les provinces comme le Québec et l’Ontario attendent elles aussi du financement. Le gouvernement québécois réclame maintenant 300 millions $ pour l’accueil des demandeurs d’asile depuis 2017.

Cet argument a été repris en chambre par les conservateurs qui craignent que les passages irréguliers à la frontière ne deviennent permanents.

«Le premier ministre doit cesser de faire payer les autres pour ses échecs», a dénoncé le chef conservateur, Andrew Scheer.

«Nous investissons 173 millions $ pour la sécurité frontalière et pour accélérer le traitement des demandes d’asile», a répété Justin Trudeau en rappelant que les conservateurs avaient plutôt coupé dans le budget lorsqu’ils étaient au pouvoir.

Les résidants du chemin Roxham ont vu passer 96 pour cent de l’ensemble des demandeurs d’asile irréguliers en provenance des États-Unis depuis 2017. Cela a mené à une augmentation de la circulation et du bruit et à la construction d’infrastructures temporaires.

Selon le ministère fédéral de l’Immigration, quelque 16 000 demandeurs d’asile ont traversé la frontière canado-américaine de façon irrégulière par le Québec depuis janvier. En 2017, ce sont près de 19 000 migrants ont été interceptés par la GRC après avoir traversé sur le territoire québécois.