Demandeurs d’asile : Lisée veut une clôture pour bloquer le chemin Roxham

Le chef du Parti québécois souhaite que l’on redirige les demandeurs d’asile irréguliers vers des postes frontaliers et que l’on bloque ensuite l’accès au chemin Roxham à l’aide d’une clôture. 

Photo : La Presse Canadienne

QUÉBEC — Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, veut rediriger les demandeurs d’asile irréguliers vers des postes frontaliers et bloquer l’accès au chemin Roxham à l’aide d’une clôture.

Il a tenu ces propos en impromptu de presse mercredi midi, à l’Assemblée nationale.

Le chef péquiste a de nouveau demandé la suspension de l’entente des tiers pays sûrs, ce qui permettrait aux migrants qui passent actuellement par le chemin Roxham en Montérégie de se tourner vers les postes frontaliers réguliers.

« On a le chemin irrégulier le plus connu au monde, a-t-il déclaré. On dit : écoutez, ce chemin-là qui a été construit, maintenant élargi et qui a des cabanes autour, on met une clôture, c’est tout. On dit : ne passez plus ici.

« On a plusieurs très bons constructeurs de clôture au Québec, donc on a l’embarras du choix », a-t-il poursuivi.

Selon lui, les demandeurs d’asile ont le droit de se présenter à la frontière, mais devraient le faire à différents postes frontaliers réguliers, en Colombie-Britannique, en Ontario ou au Nouveau-Brunswick, des endroits « normaux » pour qu’ils soient « mieux répartis » et traités « humainement ».

Qui va payer pour cette clôture ? a demandé un journaliste. « Les Mexicains », a répondu à la blague M. Lisée.

Plus tard en journée, après la publication de plusieurs articles de presse, le député de Rosemont a nuancé ses propos, d’abord sur Twitter.

« Le PLQ admet qu’Ottawa devrait suspendre l’entente qui fait du chemin Roxham le passage le plus célèbre au monde. Les demandeurs entreront alors par les postes-frontières réguliers. Comment indiquer que Roxham est fermé ? Un panneau, une haie de cèdres, un policier ? Peu importe », a-t-il écrit.

Il a tenu une deuxième mêlée de presse, pour préciser davantage sa pensée. Il ne s’agit pas pour lui de bloquer l’accès aux migrants ; ce n’est qu’une fois avisés « qu’ils peuvent aller ailleurs » que le chemin Roxham serait fermé à l’aide d’un « panneau, une haie de cèdres, un policier ».

Pourquoi donc avoir évoqué l’érection d’une clôture ? « J’ai dit une clôture, moi, je pense à une petite clôture qu’on a dans les écoles, ça n’a rien à voir avec ce que certains voudraient bien que ça aille à voir », s’est-il défendu.

M. Lisée a assuré ne pas vouloir ériger un « signe d’exclusion ». « Il faudra trouver une façon, la plus banale possible, pour ne pas envoyer un signe d’exclusion, pour donner un signe d’information pour dire ce n’est plus l’endroit où il faut entrer », a-t-il affirmé.

Le ministre de l’Immigration, David Heurtel, a rapidement dénoncé la déclaration du chef péquiste, la qualifiant de « fâcheuse ». « C’est une solution simpliste qui ne s’applique pas », a-t-il tranché.

Près de 7 000 entrées irrégulières depuis le 1er janvier

Par ailleurs, M. Heurtel a annoncé lors de l’étude des crédits de son ministère que depuis le 1er janvier 2018, 6 797 demandeurs d’asile ont traversé la frontière canado-américaine par le chemin Roxham.

C’est trois fois plus que l’an dernier, alors qu’un peu plus de 2 000 migrants irréguliers franchissaient la frontière durant cette même période.

L’accueil des migrants a nécessité des dépenses d’environ 146 millions de dollars l’an dernier. Si le gouvernement Couillard a déjà envoyé la facture à Ottawa, il est toujours incapable aujourd’hui de la ventiler par secteurs, comme cela lui a été demandé.

Questionné à ce sujet par la députée péquiste Catherine Fournier, le ministre Heurtel a affirmé ne pas connaître les coûts que représente l’arrivée de migrants irréguliers pour les réseaux de la santé et de l’éducation, entre autres, car l’année financière vient de se terminer le 31 mars dernier. « Nous n’avons pas encore tous les totaux », a-t-il indiqué.

Autre information manquante dans ce dossier : Ottawa n’a toujours pas dévoilé le très attendu plan de triage des migrants. « Est-ce qu’il y a une date spécifique ? […] Moi, je n’en ai pas eu », a déclaré M. Heurtel.

Finalement, en réponse à une question de la députée Nathalie Roy, de la Coalition Avenir Québec (CAQ), le ministre a assuré qu’aucun immigrant économique n’est actuellement bloqué par l’arrivée de nombreux migrants irréguliers.

L’attente pour le traitement des dossiers des immigrants économiques est même passée de 36 à 32 mois pendant la crise des migrants, a fait savoir le ministre.

Les commentaires sont fermés.

Je trouve particulièrement ironique de constater que Lisée partage maintenant les idées et les convictions de Trump et de Duhaime. Pas vous?

Encore un énième virage idéologique à 180 degrés par ce pseudo stratège.

Partage les idées de la Meute itou… Incroyable! Deviendra-t’il leur nouveau porte parole une fois qu’il aura été lavé aux prochaines élections?

De plus une clôture n’arrêterait personne. Absolument personne. Pas plus que le mur que l’autre déconnecté veut ériger entre les USA et le Mexique.

Nous avons déjà des procédures en place pour traiter ces illégaux et une fois leur statut d’illégalité reconnu, ils seront tout simplement retournés dans leur pays d’origine.

Je trouve dommage que certains groupes et personnages prétendument intellos utilisent le malheur profond des gens le plus vulnérables de la planète pour se faire du capital politique cheapo.

Je pense que vous êtes mal informé ou de mauvaise fois Monsieur François car Monsieur Lisée ne partage pas les idées de Trump, il veut seulement nous éviter ce qui deviendra bientôt une catastrophe sociale et économique.

@ Denyse Pinsonneault:

C’est exactement ce que j’écrivais: Lisée et Trump = même combat.

Allez voir les raisons pour lesquelles Trump veut ériger son mur entre les USA et le Mexique et vous y verrez d’étranges similitudes avec les idées de Lisée. En fait, c’est du pareil au même.

Pourquoi ne peut-on se tenir debout au Québec et dire les choses comme elles sont. Quelle langue de bois. On laisse les immigrants illégaux, oui…oui…ILLÉGAUX, il faut le dire, entrer à pleine porte au Québec. Il faut sans plus tarder bloquer ce fameux chemin que tous les illégaux utilisent et s’il faut mettre un mur, une grosse clôture, ou autre chose, alors pourquoi pas. Une vraie farce cette immigration illégale. On fait rire de nous à la grandeur du monde. Vivement dehors toute cette bande de politiciens sans cervelle.

Il faut se demander à qui profite le crime pour comprendre le peu d’empressement à corriger la situation…

Pourquoi on érigerais pas un poste de douane frontalier permanent avec du personnel pour rediriger c’est migrants ILLÉGAUX? Avant qu’ils ne deviennent irréguliers.

Il est à peu près temps qu’on bloque l’accès à ce passage illégal.
C’est comme si tout le monde avait le droit d’entrer dans ta maison sans que tu n’aies rien à dire.
La clôture est une façon facile et efficace.
Elle doit cependant être accompagnée d’une publicité mondiale pour expliquer que ce chemin n’est plus accessible.

Ça c’est la pointe du iceberg. Le vrai malaise c’est l’hypocrisie des politiques d’immigration du gouvernement canadien, politiques qui encouragent les demandeurs d’asile à entrer au pays partout sauf aux postes frontière! On peut rire de l’idée de Lisée (que certainement plusieurs personnes ont eue avant lui…) mais ce n’est qu’un symptôme d’une maladie bien plus grande. Ce pays est incapable de gérer décemment et équitablement son immigration.

On a beau être généreux et ouverts à l’immigration et, surtout, aux réfugiés, mais nous avons aussi la RESPONSABILITÉ de bien les accueillir et d’avoir des règles neutres, impartiales, qui traitent tout le monde également. Non seulement nous devrions les accueillir dans des vrais postes frontière mais encore faudrait-il décider de leur statut immédiatement et faire des efforts raisonnables pour les rediriger là où le pays pourrait avoir besoin d’eux, avec un soutien réel pour qu’ils se trouvent rapidement un emploi et s’intègrent dans la société canadienne.

L’immigration débridée que nous connaissons depuis des décennies va finir par venir nous hanter avec des gens qui, une fois la frontière passée, sont souvent laissés pour compte, désorientés, ne parlant pas l’une des langues officielles du pays et se dirigeant nécessairement vers des ghettos qui leur ressemblent le plus. Le chemin Roxanne n’est qu’une illustration de l’échec lamentable des politiques d’immigration du Canada et, clôture ou non, cela ne réglera jamais le problème.

Pourquoi ces « demandeurs d’asile » prennent-ils l’avion pour New York, puis un taxi ou un bus jusqu’au chemin Roxham? Pourquoi ne viennent-ils pas directement à Dorval? Bien plus facile.
Non. Car il n’y aurait pas de « pays tiers » d’impliqué. Ils seraient refusés dès leur arrivée. Ils ne pourraient entrer au Canada.
Lisée a raison. Il faut suspendre ou abroger cette entente qui ne sert qu’ à enrichir des passeurs.

Les Norvégiens sont parvenus à stopper l’immigration incontrôlée. Les frontières ont été pourvues de clôtures, ….entre autres moyens…https://fr.express.live/2016/09/20/norvege-mur-migrants/ Alors pourquoi pas le Québec? Et la Norvège est l’un des pays les plus généreux en matière d’asile…

Y a-t-il quelqu’un ici qui pense vraiment qu’une clôture ou une pancarte arrêtera quelqu’un? Vraiment? Et si les migrants la franchissent comme on peut s’y attendre, que ferait Lisée? Ajouter des barbelés électrifiés avec miradors et gardes armés comme au bon vieux temps de l’Allemagne de l’Est?

Z’avez vu le film « Les Voisins »?

C’est du n’importe quoi. Cette réponse primaire de Lisée à un problème complexe est une farce monumentale uniquement destinée à mousser son personnage qui prend toute une dégelée dans les sondages.

Les plus populaires