Denis Lefebvre, l’ex-« caïd de l’Abitibi », débouté en Cour suprême

VAL-D’OR, Qc — L’un des ex-caïds de la drogue à Val-dOr, Denis Lefebvre, a échoué dans sa tentative de récupérer un immeuble commercial saisi par le ministère public, considéré à l’époque comme acquis par le biais de la criminalité. La Cour suprême du Canada a refusé d’entendre la cause.

Denis Lefebvre avait acquis une certaine notoriété le 4 juin 2016, alors qu’il avait réussi, en compagnie de ses comparses Serge Pomerleau et Yves Denis, une spectaculaire évasion par hélicoptère du pénitencier d’Orsainville, près de Québec, où les trois étaient détenus pendant un précédent procès, pour trafic de drogue.

La Cour suprême a d’abord rejeté une requête en prorogation du délai de signification et de dépôt d ela demande. La Cour a ajouté que même si cette requête avait été accueillie, la requête principale aurait été rejetée de toute façon.

Cette décision de la cour Suprême survient après une bataille juridique de deux ans au cours de laquelle Lefebvre a tenté de faire annuler la confiscation de son édifice commercial, qui abritait autrefois son entreprise, Pavage Val-d’Or.

À l’origine, Lefebvre avait aussi contesté le verdict de culpabilité prononcé par le jury en 2014, en affirmant que le jury avait été contaminé par le battage médiatique entourant l’affaire et l’évasion de trois des quatre coaccusés du pénitencier d’Orsainville.

En juin 2018, la Cour d’appel du Québec avait octroyé une réduction de peine à Lefebvre et à son comparse Yves Denis, puisqu’elle considérait que le temps en détention préventive au pénitencier d’Amos devait leur être crédité en double.

La Cour d’appel avait cependant rejeté la requête de Lefebvre dans le dossier de la confiscation de l’immeuble.

Ils avaient été retrouvés dans un condo du Vieux-Montréal et retournés derrière les barreaux quelques jours plus tard.

Gangstérisme et meurtres

Lefebvre, aujourd’hui âgé de 58 ans, avait été condamné lors d’un premier procès, tenu en 2014 à Québec, à une peine de vingt ans de pénitencier pour gangstérisme et trafic de stupéfiants. Il avait été arrêté le 6 octobre 2010, lors de l’Opération Écrevisse, tenue dans plusieurs établissements et résidences de Val-d’Or.

Ce raid, auquel plus de 400 policiers avaient participé, avait fait suite à plus de six années d’enquêtes, de filatures et d’écoute électronique.

Denis Lefebvre a aussi été condamné à vie, fin 2019, pour le meurtre de Benoît Denis, survenu à Saint-Alphonse-Rodriguez en mai 2010, et celui de Johnny Coutu, surnommé « le notaire», survenu devant son domicile de Laval, le 13 juillet 2009.

Lefebvre a aussi été condamné pour homicide involontaire dans le dossier du meurtre de Kevin Walter, à Rouyn-Noranda le 15 avril 2009.

Le procès pour ces trois meurtres, tenu au Centre judiciaire Gouin, à Montréal, avait duré un an, et les délibérations du jury s’étaient étirées pendant 28 jours, un record dans les annales judiciaires canadiennes.

Laisser un commentaire
Les plus populaires