Dépouillement du vote : quand saura-t-on qui a gagné ?

Comment les différents bulletins seront-ils comptés, et quels résultats seront connus le soir du vote ?

Photo : Arnaud Jaegers / Unsplash

Des millions d’Américains ont déjà voté, mais chaque État dispose de ses propres règles pour déterminer quand on peut commencer à dépouiller les bulletins. Cela veut dire que les résultats seront dévoilés de manière inégale, possiblement plusieurs jours, voire des semaines, après le jour du scrutin.

Dans certains endroits, les responsables électoraux peuvent commencer à analyser les bulletins plusieurs semaines avant le jour du vote. Il est donc permis de vérifier les informations de l’électeur et de retirer le bulletin de son enveloppe pour le préparer à être comptabilisé. Cela devrait accélérer l’annonce des résultats.

Mais ce n’est pas si simple.

Dans certains des États les plus chaudement disputés, des lois interdisent un tel traitement anticipé des bulletins. Donc, le 3 novembre, les responsables devront gérer à la fois le vote en personne et un nombre sans précédent de votes par correspondance. Cela pourrait engendrer des délais et possiblement mener à des revirements de situation étourdissants, si les résultats du vote en personne sont balayés par le vote par correspondance.

Le président Donald Trump a souvent mis en garde contre une fraude électorale, sans fournir la moindre preuve. Certains craignent donc qu’il ne profite de ces retards pour annoncer que les résultats n’ont pas de valeur. Si les résultats tardent à être annoncés cette année, ce sera parce que la population aura décidé de voter différemment, et non en raison de manigances ou de fraudes.

Et ce n’est pas tout : les problèmes de livraison du service des postes font craindre que certains votent n’arrivent trop tard pour être comptés. Des républicains, dont la campagne Trump, se sont adressés aux tribunaux pour empêcher que les votes qui arrivent après le jour du scrutin ne soient dépouillés. Le vote par correspondance avantage traditionnellement les démocrates.

Voici un exemple. En ce moment en Pennsylvanie, les votes par correspondance qui arrivent trois jours après le 3 novembre seront comptés, mais seulement au terme d’une féroce guerre judiciaire qui s’est rendue jusqu’à la Cour suprême des États-Unis la semaine dernière. Les républicains ont déposé une autre poursuite pour bloquer une prolongation. Et la Pennsylvanie ne permet pas un traitement anticipé des votes par correspondance, ce qui complique encore plus la situation.

Dans le Michigan, un autre État chaudement disputé, un tribunal d’appel a annulé une prolongation de 14 jours du dépouillement. Les responsables électoraux locaux demandent maintenant aux électeurs de venir déposer leur bulletin en personne, au lieu de se fier à la poste. Les tribunaux ont annulé des prolongations similaires au Wisconsin et dans l’Indiana.

Laisser un commentaire