Derniers échanges parlementaires avant un probable déclenchement d’élections

OTTAWA — Mercredi la Chambre des communes a été la scène d’un dernier échange de quelques salves avant de fermer pour l’été… ou pour plus longtemps encore.

À moins de surprises, il y aura déclenchement d’élections avant la reprise prévue des travaux parlementaires le 20 septembre prochain.

En entrevues radiophoniques, mercredi matin, le premier ministre Justin Trudeau peaufinait son argument sur la nécessité d’une élection fédérale dont les partis d’opposition, tous plus faibles que les libéraux dans les sondages, se passeraient bien.

Les conservateurs bloquent les projets de loi, les bloquistes et les néo-démocrates n’appuient pas suffisamment le gouvernement minoritaire pour qu’il arrive à ses fins, a-t-il martelé.

Ce qu’il a dit aux micros des radios, le premier ministre l’a répété lorsqu’il répondait à toutes les attaques de la dernière période des questions aux Communes, mercredi après-midi.

Alors qu’une députée conservatrice l’attaquait sur le bilan de sa gestion de la pandémie, il a réitéré que son gouvernement a assuré un appui financier continu aux Canadiens pendant la pandémie et s’est basé sur les conseils des scientifiques pour chacune de ses décisions.

«Le dernier gouvernement conservateur s’est attaqué à la science et a coupé l’aide aux Canadiens les plus vulnérables. Ça aurait été une pandémie bien différente s’ils avaient été au pouvoir en ce moment», a-t-il conclu.

L’opposition a utilisé la cinquantaine de minutes de questions comme vitrine des enjeux qu’elle soulèvera pendant la campagne électorale.

Les conservateurs ont ainsi parlé de scandales libéraux, des Forces  armées encore secouées par des allégations d’inconduite sexuelle et des conséquences sur l’économie canadienne de la pandémie.

Le Bloc québécois est revenu sur les demandes des provinces pour une augmentation des transferts en santé, sur la défense du français et sur l’augmentation de la pension de vieillesse pour tous les aînés de plus de 65 ans, plutôt que seulement pour ceux ayant atteint les 75 ans et plus.

Le Nouveau Parti démocratique, quant à lui, a évoqué l’assurance-médicament, l’eau potable dans les communautés autochtones et l’aide aux plus démunis.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.