Des affiches libérales vandalisées en réaction à l’affaire du «blackface»

KELOWNA, C.-B. — Un candidat libéral dans une circonscription de la Colombie-Britannique a vu certaines de ses affiches vandalisées dans la foulée de la controverse du «blackface» du chef Justin Trudeau.

Des gens semblent s’être servis de marqueurs noirs pour colorer le visage du candidat Stephen Fuhr, qui tente de se faire réélire dans la circonscription de Kelowna-Lake Country.

Selon M. Fuhr, au moins six de ses affiches installées sur des routes importantes ont été vandalisées de cette manière.

«C’est très triste», a-t-il commenté jeudi.

«Je ne prends pas la chose de façon personnelle dans le sens qu’ils ne m’attaquent pas personnellement… Ils tentent de m’associer, moi et ma campagne ainsi que mon travail dans la communauté, à cette grande conversation entourant ce qui touche le premier ministre», a-t-il poursuivi.

Des photos prises il y a plusieurs années, où l’on voit Justin Trudeau portant un maquillage noir ou brun sur le visage, ont été dévoilées mercredi et jeudi.

Le chef libéral a reconnu que les gestes qu’il avait posés lors de ces événements étaient racistes et il a demandé des excuses en se disant «profondément gêné» de son comportement.

Stephen Fuhr a affirmé qu’il demeurait solidaire de son chef.

«Il s’est excusé et a reconnu de manière non équivoque que cela était mal. Je ne crois pas qu’à l’époque des faits, il réalisait le contexte plus large associé aux gestes posés quand il avait entre 18 ans et la mi-vingtaine», a-t-il dit.

«À combien de fêtes d’Halloween avez-vous participé, où des gens avaient fait cela sans réfléchir à ce que cela implique?»

Le candidat a demandé à toute personne détenant de l’information sur les actes de vandalisme de communiquer avec son bureau de circonscription ou la Gendarmerie royale du Canada.

Les plus populaires