Des attaques au Nigeria ciblent notamment une prison, où 1800 détenus s’échappent

WARRI, Nigéria — Des militants armés de mitrailleuses et de grenades propulsées par roquettes ont lancé une série d’attaques coordonnées, pendant la nuit de lundi, dans le sud-est du Nigeria, ciblant une prison où plus de 1800 détenus ont ensuite réussi à s’échapper, ont annoncé lundi les autorités.

Les attaques ont commencé vers 2 h dans la ville d’Owerri, dans l’État d’Imo, et ont duré environ deux heures, selon un résident, Uche Okafor. Des hommes armés ont également pris d’assaut divers autres bâtiments de la police et de l’armée, ont indiqué les autorités.

Le porte-parole de la prison nigériane, Francis Enobore, a affirmé qu’il y avait des efforts sans relâche pour arrêter de nouveau les détenus en fuite. Il a ajouté que 35 autres détenus étaient restés à l’intérieur pendant l’évasion.

Les attaques coordonnées surviennent moins de deux semaines après une nouvelle vague de violences dans le sud-est du Nigeria. Dans cette vague, au moins une douzaine d’agents de sécurité ont été tués lors d’actions contre quatre postes de police, des postes de contrôle militaires et des véhicules de prison.

La plus récente attaque n’avait pas été revendiquée dans l’immédiat, mais l’inspecteur général de la police nigériane l’a attribuée à une branche paramilitaire d’un mouvement sécessionniste actif dans la région appelé le Réseau de sécurité oriental (ESN). L’ESN a déclaré qu’il se battait pour la protection du peuple Igbo contre les envahisseurs armés étrangers qui tuent les siens.

La police a déclaré que les militants étaient lourdement armés de mitrailleuses, de grenades propulsées par roquettes et d’engins explosifs improvisés pendant la nuit de violences.

Par Hilary Uguru, The Associated Press

Laisser un commentaire