Des Autochtones à Winnipeg veulent chercher là où la police a renoncé à le faire

WINNIPEG — Des groupes autochtones envisagent de mener eux-mêmes leurs recherches dans un dépotoir de Winnipeg — puisque la police a renoncé à le faire — pour tenter de retrouver les restes de deux femmes qui auraient été victimes d’un tueur en série.

La cheffe de la communauté autochtone de Long Plain, Kyra Wilson, a déclaré mardi que les leaders se réunissent cette semaine pour former un comité d’experts chargé d’élaborer un plan de recherches et un budget de fonctionnement.

Les chefs espèrent présenter ensuite ce plan aux gouvernements provincial et fédéral et demander du financement.

La police croit que les restes de Morgan Harris et de Marcedes Myran se trouvent depuis le printemps dans la décharge de Prairie Green, à l’extérieur de Winnipeg.

Mais les autorités policières soutiennent que les chances de les retrouver sont minces, en raison du temps qui s’est écoulé depuis et de la boue lourde et compactée sur le site d’enfouissement.

Le propriétaire de la décharge privée a cessé ses activités.

La Commission de police de Winnipeg prévoit laisser aux groupes autochtones et aux gouvernements fédéral et provincial le soin de décider des prochaines étapes dans ce dossier.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.