Des Autochtones en C.-B. auraient un droit de veto dans un projet de mine de charbon

Une communauté autochtone de la Colombie-Britannique se félicite d’un accord conclu avec une minière qui, selon elle, lui accorde un droit de veto autour du projet de mine de charbon sur son territoire.

La cheffe Heidi Gravelle, de la nation ktunaxa à Tobacco Plains, dans le sud-est de la province, soutient qu’en vertu de l’accord conclu avec l’entreprise NWP Coal, la communauté autochtone jouera le rôle à la fois de régulateur et d’examinateur du projet minier, avec droit de veto.

Mme Gravelle estime que cet accord offre à la communauté autochtone une implication sans précédent dans l’évaluation et l’examen du projet minier, qui serait situé près de Sparwood.

La cheffe Gravelle espère que cette approche deviendra un modèle pour la façon dont seront réglementés les futurs projets d’exploitation de ressources naturelles en territoires autochtones au Canada.

Sur son site Web, l’entreprise NWP Coal parle d’une nouvelle ère dans la création de relations avec les communautés.

Mme Gravelle salue d’ailleurs l’entreprise, établie en Nouvelle-Zélande et en Australie, qui est venue directement voir la communauté ktunaxa de Tobacco Plains pour discuter de son projet de mine de charbon.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.