Des autochtones sont excédés par la lenteur du gouvernement fédéral

La lenteur du gouvernement fédéral à réformer une agence dont le mandat est de s’occuper de la gestion des ressources pétrolières et gazières situées sur les territoires des Premières Nations explique en partie la poursuite de 3 milliards $ intentée par deux bandes autochtones, soutiennent des chefs.

Une mesure législative visant à moderniser Pétrole et gaz des Indiens du Canada a été adoptée en 2009 mais n’est jamais entrée en vigueur. Des négociations se poursuivent depuis près de sept ans sur le cadre réglementaire de l’agence.

Selon Stephen Buffalo, du Indian Resource Council, le projet de règlement répondra aux préoccupations des deux bandes autochtones.

M. Buffalo a blâmé le précédent gouvernement conservateur pour avoir adopté une démarche lente dans ce dossier, ce qui a contribué à alimenter les frustrations ayant mené à la poursuite déposée lundi.

Il prédit que d’autres bandes se joindront à la poursuite.

Les Premières nations d’Onion Lake et les Cris de Poundmaker reprochent à Pétrole et gaz des Indiens du Canada d’avoir failli à sa tâche de développer les ressources naturelles qui se trouvent sur leur réserve. Elles lui reprochent également de n’avoir pas veillé à ce que ces ressources soient préservées de l’aménagement de puits à proximité.

Les deux bandes demandent également qu’une vérification soit faite quant à la manière dont Pétrole et gaz des Indiens du Canada s’est acquitté de sa tâche de gérer les revenus provenant des ressources énergétiques des Premières nations.