Des avocats de l’aide juridique à Montréal et Laval renouvellent leur mandat de grève

MONTRÉAL — Aussitôt leur grève du temps des Fêtes terminée, les avocats de l’aide juridique de Montréal et de Laval ont voté presque à l’unanimité en faveur d’un nouveau mandat de grève, qui pourrait être utilisé «à tout moment».

Le Syndicat des avocats et avocates de l’aide juridique de Montréal et Laval, affilié à la CSN, a annoncé que 97 % de ses membres présents en assemblée générale ont voté en faveur de dix jours de grève supplémentaires.

Ces avocats viennent de débrayer pendant cinq jours, du 23 au 27 décembre, pour dénoncer la position du gouvernement du Québec, qui refuse de reconduire les modalités assurant la parité salariale entre les avocats de l’aide juridique et leurs collègues de la Couronne, selon le syndicat.

Dans un communiqué, le syndicat a également déploré la façon dont les services ont été organisés pendant la grève des derniers jours.

«Nous avons été choqués d’apprendre qu’aucun membre de la direction du Centre communautaire juridique de Montréal et Laval (CCJM) ne s’est montré volontaire pour répondre aux services de garde téléphoniques et de visiocomparution, alors que le Centre avait la responsabilité de tout le Québec pendant le congé des Fêtes. Cette situation a entraîné d’importantes ruptures de services», a souligné la présidente du syndicat, Me Justine Lambert-Boulianne.

Selon le syndicat, plusieurs avocats ont été «menacés par le CCJM de sanctions disciplinaires» s’ils ne se montraient pas disponibles en fonction des horaires des Fêtes déjà établis.

Le principal point en litige des négociations est le principe de parité salariale avec les procureurs de la Couronne. Les avocats de l’aide juridique veulent obtenir les mêmes hausses salariales que leurs confrères, mais le gouvernement resterait campé sur son offre avec des augmentations moindres, du point de vue du syndicat.

Au cours des derniers mois, les membres des syndicats des avocats de l’aide juridique affiliés à la CSN ont débrayé à quelques reprises. Leur convention collective est échue depuis le  31 décembre 2019.

«Notre système de justice craque de partout, en bonne partie en raison des mauvaises conditions de pratique de ses principaux intervenants. En refusant la parité salariale aux avocates et avocats de l’aide juridique, le gouvernement remet directement en question le principe d’équité entre la poursuite et la défense au sein même du giron public — pendant que la direction du CCJM et de la Commission des services juridiques, incapables d’assurer le respect des droits élémentaires des citoyennes et des citoyens pendant cinq jours, menacent leurs avocats de sanctions disciplinaires», a ajouté Me Lambert-Boulianne.

Le Syndicat des avocats et avocates de l’aide juridique de Montréal et Laval-CSN représente environ 125 membres.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.