Des Canadiens affrontent la chaleur extrême en Europe

Trevor Norris, originaire des Prairies, connaît bien la chaleur extrême. Mais son voyage en Angleterre l’oblige aussi à composer avec les retards de trains et à tenter de trouver des refuges climatisés, rares dans ce pays.

«On dirait qu’il n’y a pas d’air climatisé en Angleterre, a déclaré M. Norris. Je suis entré dans un pub et tout le monde se tenait dehors avec une bière après avoir commandé (…) parce qu’il faisait trop chaud à l’intérieur du pub. Je suis resté là pendant peut-être 10 minutes à commander et mes jambes étaient trempées. C’était chaud à ce point-là.» 

M. Norris était en entrevue téléphonique alors qu’il se dirigeait vers le nord, dans un train qui l’amenait de Londres au comté de Norfolk, pour un mariage. C’était la cohue, a-t-il raconté, car de nombreux trains ont été retardés ou carrément annulés parce que la chaleur fait dilater les rails.

La société des chemins de fer britanniques expliquait cette semaine que la température du rail peut être supérieure d’environ 20 °C à la température de l’air, ce qui entraîne sa dilatation, sa flexion et sa rupture. Ainsi, mardi, dans le Suffolk, on a enregistré un rail à 62 °C. 

«Tous les trains de Londres à (notre destination) ont été annulés, a indiqué M. Norris. Nous avons donc dû prendre le métro, nous rendre à un autre endroit un peu plus haut sur la ligne (…) et c’était la seule façon d’aller au nord .»

Des températures de plus de 40 °C ont été enregistrées récemment en Angleterre, pour la première fois. Les citoyens de ce pays normalement tempéré n’ont jamais vraiment eu besoin de climatiseurs.

Les portes ouvertes

«Vous ne pouvez même pas entrer dans un café pour vous rafraîchir (…) parce qu’ils ont tous tellement chaud et qu’ils laissent leurs portes ouvertes, en espérant rester au frais. Mais le vent d’hier était si chaud que c’était presque comme un sèche-cheveux qui vous souffle dessus», a raconté M. Norris.

Le Canadien prévoyait de faire un périple plus au nord dans les prochains jours, mais il a maintenant des doutes, en raison des retards de trains.

Plus au sud en Europe, Lindsey Anderson, de Winnipeg, se détendait sur une plage près de Naples, en Italie. Un récent trajet en train de 60 minutes s’est avéré suffoquant et la chaleur extrême a rendu certains de ses projets de voyage trop risqués.

«Je voulais vraiment aller à Pompéi pendant que j’étais ici, mais j’ai l’impression que ce serait un coup de chaleur garanti, alors je n’y vais pas», a-t-elle déclaré.

Mme Anderson a eu la sagesse de transporter avec elle beaucoup d’eau et de rester à l’ombre autant que possible. «Et n’oubliez pas que vos appareils électroniques peuvent aussi surchauffer, alors gardez-les à l’abri du soleil, autant que possible.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.