Des Canadiens coincés sur un paquebot pourront-ils descendre en Floride ?

Une femme d’Ottawa coincée en mer depuis plus d’une semaine sur un bateau de croisière où quatre passagers sont morts a admis lundi qu’elle était toujours inquiète malgré son transfert sur un autre navire.

Catherine McLeod et son mari, Paul Innes, étaient au nombre des 248 Canadiens à bord du MS Zaandam, un bateau de croisière ancré sur le côté Pacifique du canal de Panama depuis la mi-mars. On avait alors signalé que près de 200 passagers et membres d’équipage présentaient des symptômes de la grippe.

Le couple a été transféré dimanche sur le navire jumeau du Zaandam, le MS Rotterdam, aux côtés de centaines d’autres passagers qui ne présentaient aucun symptôme, a-t-elle déclaré lundi alors que les deux navires faisaient route vers la Floride.

Mme McLeod a déclaré à La Presse canadienne qu’elle et son mari demeuraient toujours inquiets. «Il n’y a aucune garantie que le coronavirus ne sera pas non plus sur ce navire», a-t-elle dit. «J’ai encore beaucoup de lingettes Lysol et j’essuie tout: couverts, tasses… Je ne veux pas rentrer à la maison dans un sac mortuaire.»

Une porte-parole d’Affaires mondiales Canada a indiqué lundi qu’aucun cas de COVID-19 n’avait été confirmé parmi les citoyens canadiens qui se trouvaient à bord du MS Zaandam. Le ministère n’a toutefois pas précisé comment il comptait rapatrier ces Canadiens.

Où débarquer ?

Holland America, la société qui exploite les navires Zaandam et Rotterdam, a indiqué dans un communiqué qu’elle «finalisait encore les détails pour savoir où et quand» pourraient débarquer les 2520 passagers et membres d’équipage à bord des deux navires.

Les navires jumeaux se trouvent à quelques jours de navigation de la Floride, où le Zaandam devait initialement accoster début avril, selon le communiqué.

Mais le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré lundi qu’il ne voulait pas que des passagers malades soient traités dans son État: les lits d’hôpitaux doivent être réservés aux Floridiens et non aux «ressortissants étrangers», a-t-il expliqué. Le gouverneur DeSantis souhaite que le croisiériste organise lui-même l’envoi de personnel médical à bord du navire, notant que le sud de la Floride connaissait déjà un nombre élevé — et croissant — d’infections à la COVID-19.

Le Zaandam avait quitté Buenos Aires, en Argentine, le 7 mars dernier — avant même que le gouvernement fédéral ne déconseille aux Canadiens de partir en croisière. Ses passagers ne sont pas descendus du paquebot depuis le 14 mars, lorsqu’ils ont accosté près de Punta Arenas, au Chili, a indiqué Holland America.

Par la suite, chaque ville croisée par le Zaandam lui fermait son port, y compris le Panama, qui ne permettait même pas le passage du navire par son fameux canal. Il a fallu l’intervention d’Ottawa, en fin de semaine, pour laisser passer finalement le navire vers l’Atlantique.

Pendant ce temps, les passagers du Zaandam sont confinés dans leur cabine depuis le 22 mars. «Il n’y a pas grand chose à faire pour tromper l’ennui, raconte Mme McLeod. Et pas beaucoup de place pour faire quoi que ce soit. Vous lisez un peu, posez le livre, regardez un film, mais c’est difficile de simplement se concentrer — on veut juste sortir d’ici.»

Les plus populaires