Des Canadiens sont coincés à bord d’une croisière ancrée au large du Panama

Cela aurait dû être le voyage d’une vie pour deux résidents d’Ottawa, Catherine McLeod et Paul Innes, mais le rêve s’est vite transformé en cauchemar depuis qu’ils sont coincés à bord d’un bateau de croisière où la maladie à COVID-19 s’est installée, tuant quatre personnes.

Mme McLeod et M. Innes ont quitté Ottawa et ils sont montés à bord d’un navire au début du mois de mars, avant que la propagation de COVID-19 devienne une pandémie mondiale. Maintenant, ils se retrouvent sans moyens clairs de rentrer à leur domicile.

Le MS Zaandam est ancré au large des côtes du Panama et personne ne peut en sortir, car aucun pays n’acceptera les passagers. Holland America, la compagnie de croisière qui possède le navire, a déclaré que deux personnes à bord avaient été déclarées positives à la COVID-19 tandis que 53 passagers et 85 membres d’équipage ont des symptômes s’apparentant à une grippe.

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a mentionné samedi soir que son homologue au Panama a accepté de permettre au navire de passer par le canal de Panama pour se diriger vers sa destination finale, Fort Lauderdale, en Floride.

M. Champagne a ajouté qu’Affaires mondiales Canada continuerait à travailler avec Holland America afin de ramener les Canadiens asymptomatiques au pays.

Pour l’instant, il y a 1243 passagers et 586 membres d’équipage à bord et plus de tests sont effectués chaque jour, selon Holland America.

Parmi eux, Mme McLeod et son mari, deux enseignants à la retraite. Dans un courriel à La Presse canadienne, Mme McLeod a dit que ce qui avait été un voyage agréable a tourné au vinaigre le week-end dernier.

«Le ‘boom’ a frappé dimanche dernier, quand on nous a demandé de retourner dans nos cabines et de ne pas en sortir, a raconté Mme McLeod. De nombreux passagers et membres de l’équipage s’étaient présentés à l’infirmerie en raison de symptômes s’apparentant à une grippe.»

Depuis, le couple attend dans sa chambre des nouvelles à propos d’une façon de sortir.

«Lors des premiers jours, nous espérions que ce n’était que la grippe, a déclaré Mme McLeod. Nous espérions toujours que nous pourrions traverser le canal de Panama et accoster à Fort Lauderdale. Cet espoir s’est ensuite évaporé en fumée lorsque le Panama ne nous a pas donné l’autorisation de passer.»

Le courriel est la seule façon de communiquer avec la famille, a indiqué Patricia Morrell, la seule enfant du couple.

«Nous avons un bon contact avec eux, mais ils sont très frustrés parce que les informations que je leur donne sont différentes des informations à bord du navire», a exprimé Mme Morrell.

M. Champagne a déjà mentionné que des fournitures médicales ont été transférées sur le navire.

Les plus populaires