Des centaines de femmes intéressées par une action collective contre une infirmière

MONCTON, N.-B. — Un avocat représentant des femmes dans une action collective proposée contre la plus grande autorité de santé du Nouveau-Brunswick et une infirmière en obstétrique affirme que des centaines de femmes l’ont contacté à ce sujet.

La poursuite, qui n’a pas été testée en cour, allègue que l’infirmière Nicole Ruest a incorrectement administré à des patientes un médicament qui induit le travail, l’ocytocine, ce qui a entraîné un nombre inhabituellement élevé de césariennes d’urgence et d’accouchements assistés par des instruments à l’hôpital de Moncton.

John McKiggan, un avocat spécialisé dans les fautes professionnelles médicales à Halifax, dit que ce ne sont pas toutes les mères qui ont subi une césarienne d’urgence à l’hôpital qui participeront à l’action collective. Il reste donc à voir combien de personnes le groupe représentera.

M. McKiggan était en cour à Moncton mardi, afin de demander une ordonnance pour que l’hôpital remette des informations pertinentes à l’affaire.

Le juge devrait se prononcer sur cette demande avant la fin février.

La GRC a déclaré en novembre qu’une personne avait été arrêtée et interrogée dans ce dossier et qu’elle devrait comparaître devant le tribunal en mai.

Les plus populaires