Des centaines d’étudiants manifestent contre la vaccination obligatoire à Western

LONDON, Ont. — Une manifestation contre les consignes de l’Université Western, qui exige un statut vaccinal à jour contre la COVID-19, a rassemblé des centaines de personnes sur le campus samedi.

Aux dires de l’une des organisatrices de l’événement, il ne s’agirait que d’un début dans la démarche des opposants voulant forcer l’université à reculer.

Les manifestants ont marché autour du campus et écouté des discours dénonçant la position de l’université établie à London, en Ontario. La direction de l’institution a décidé d’exiger au moins trois doses de vaccin contre la COVID-19 au personnel, aux étudiants et à certains visiteurs.

L’organisatrice Kendra Hancock dit espérer que cette mobilisation puisse mener à des négociations publiques et à une meilleure consultation des étudiants au sujet des consignes sanitaires qui incluent aussi le port du masque obligatoire en classe.

«Je crois que lorsqu’ils vont consulter les étudiants, ils vont se rendre compte que les gens veulent avoir le droit de choisir et le retrait des obligations», a déclaré Mme Hancock.

Parmi les orateurs de la manifestation, on retrouvait une ancienne professeure du Huron University College qui a dit avoir refusé de se soumettre aux précédentes obligations vaccinales; et le médecin-hygiéniste en chef par intérim du bureau de santé d’Haldimand-Norfolk connu pour ses positions contre les mesures imposées dans la lutte à la COVID-19.

Corrina Courtney, étudiante de cinquième année en administration des affaires, dit s’opposer au vaccin obligatoire même si elle a déjà reçu sa propre dose de rappel. À son avis, la vaccination devrait «demeurer un choix».

«Western ne devrait pas avoir le pouvoir de prendre cette décision pour les gens», a-t-elle plaidé en regardant la foule de manifestants.

Mais ce qui a davantage fâché Corrina Courtney, c’est le retour du masque obligatoire en classe.

«Je pense que ça a un impact sur la manière dont on entre en relation avec nos pairs», a-t-elle soutenu.

La majorité des universités ontariennes n’a pas exigé de statut vaccinal à jour ni de masque en classe pour la session d’automne. La province a d’ailleurs mis fin aux exigences de preuves de vaccination pour fréquenter des lieux publics.

Western est la seule université au Canada à obliger la dose de rappel pour tout son personnel et ses étudiants sur le campus.

L’Université de Toronto exige que tous les étudiants logés dans ses résidences aient reçu leur dose de rappel et l’Université Trent exige à ses étudiants en résidences d’avoir reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19. Les deux institutions prient également toutes les autres personnes qui fréquentent leur campus de maintenir leur statut vaccinal à jour.

«Alors que l’on ne peut pas prédire quand frappera la prochaine vague de la COVID-19, nous croyons que ces mesures vont nous aider à protéger l’expérience de l’enseignement en personne pour laquelle Western est reconnue», a déclaré plus tôt cette semaine la doyenne Florentine Strzelczyk par voie de communiqué pour justifier la décision de l’institution.

Les commentaires sont fermés.

Faut croire qu’être intellectuellement de niveau universitaire ne protège pas de l’idiotie.