Des chercheurs québécois auraient trouvé un médicament efficace contre la COVID

MONTRÉAL — Une équipe de chercheurs de l’Institut de cardiologie de Montréal croit avoir trouvé une arme efficace contre la COVID-19: la colchicine, un comprimé oral déjà connu et utilisé pour d’autres maladies.

Pour le docteur Jean-Claude Tardif, qui a dirigé l’étude, c’est une «découverte scientifique majeure» et la colchicine est le premier «médicament oral efficace pour traiter les patients non-hospitalisés».

«De pouvoir offrir cela, à partir du Québec, et pour la planète, on est très heureux» a indiqué le chercheur à La Presse Canadienne.

L’étude COLCORONA portait sur 4 159 patients dont le diagnostic de COVID-19 avait été prouvé par un test naso-pharyngé (PCR).

L’analyse de l’étude a démontré que la colchicine avait «entraîné des réductions des hospitalisations de 25%, du besoin de ventilation mécanique de 50%, et des décès de 44%».

«C’est le premier espoir pour les patients qui ont la COVID, qui sont inquiets et qui espèrent ne pas avoir de complications, il n’existait aucun comprimé qu’on pouvait prendre par la bouche et réduire les risques», a indiqué le chercheur à l’Institut de Cardiologie de Montréal.

Le docteur Tardif est d’avis que la prescription de ce médicament pourrait rapidement aider à diminuer les problèmes d’engorgement dans les hôpitaux, réduire les coûts liés aux systèmes de santé des gouvernements d’ici comme ailleurs.

«Notre étude a montré l’efficacité du traitement utilisant la colchicine pour prévenir le phénomène de « tempête inflammatoire majeure » et réduire les complications liées à la COVID-19», a précisé le Dr Jean-Claude Tardif.

Selon le chercheur, la colchicine pourrait être utilisée très rapidement pour soigner les personnes atteintes de la COVID-19.

«La colchicine, c’est vieux comme le monde, on traite la goutte avec ça depuis des centaines d’années, alors elle est disponible en pharmacie, alors n’importe quel médecin demain qui lit ça, peut tout à fait décider d’en prescrire s’il le veut».

Vendredi soir, le premier ministre François Legault a qualifié l’étude de «grosse nouvelle» sur les réseaux sociaux.

Au printemps, le premier ministre Legault avait déclaré que l’étude Colcorona était «l’une des plus grandes études au monde pour combattre le virus.».

L’étude, randomisée, à double insu et contrôlée par placébo, a été déployée au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique du Sud ainsi qu’en Afrique du Sud.

«C’était une étude à double insu, c’est-à-dire que ni le patient, ni l’équipe qui gérait l’étude incluant moi, ne savaient si le patient prenait le placebo ou le médicament, il y a avait juste un groupe, indépendant de nous, qui était au courant», a précisé Jean-Claude Tardif à La Presse Canadienne.

«On est très fier du travail accompli, c’est un résultat cliniquement convaincant» a ajouté celui qui dit avoir assemblé «une équipe spectaculaire de partout au Québec dans laquelle il y avait des microbiologistes, des Intensivistes, des statisticiens, des informaticiens et des épidémiologistes».

L’étude a été coordonnée par le Centre de Coordination des Essais Cliniques de Montréal (MHICC) de l’Institut de Cardiologie de Montréal, financée par le Gouvernement du Québec, le National Heart, Lung, and Blood Institute des National Institutes of Health (NIH) américains, la philanthrope montréalaise Sophie Desmarais et le COVID-19 Therapeutics Accelerator, un projet lancé par la Bill & Melinda Gates Foundation, Wellcome et Mastercard. CGI, Dacima et Pharmascience de Montréal ont aussi collaboré à l’étude.

Laisser un commentaire

Êtes vous sûr que ce médicament ne recevra pas de la part des scientifiques le même traitement que la chloroquine ? Et de ce fait ne pas être proposé à la population en remplacement du vaccin

Répondre

Cette découverte peut sembler rassurante mais je me méfie des grandes firmes pharmaceutiques déjà engagées dans le vaccin qui voudront tenter d’étouffer dans l’oeuf ce concurrent synonyme de perte d’argent et de prestige

L’étude citée semble avoir nettement plus de garantie de sérieux que celle du gourou marseillais, si on en juge par le nombre d’organismes ayant participé ainsi que la taille de l’échantillon présenté. Bien sûr, il faut attendre de voir ce que la communauté scientifique , mais c’est toujours le cas.

L’etude est-elle disponible? Ou? J’ai fait une recherche sur le net et j’ai seulemet trouvé une etude sur des rats. Je suppose que c’est L’etude precurseur de celle sur les humains.
Il serais très important de pouvoir lire. Alors, SVP, mettez un lien pour l’article Simon ce n’est pas credible.

Répondre

Je suis personne à risque pour problème de tension (ayant eu du Kerlone trop longtemps problèmes d’asthme depuis Isoptine pour remplacer le Kerlone. Lors d’une hospitalisation d’urgence pour problèmes de douleurs dans la poitrine je signale à l’hôpital que j’ai oublié mon Kerlone en partant avec les pompiers donc l’hôpital m’en donne et à la question quels médicaments me donné vous en plus ils finissent par me dire que c’est de la colchicine. (Je regarde sur mon portable et m’aperçois que c’est totalement contre indiqué avec le Kerlone. Depuis je »ai vu un autre cardiologue à Paris qui l’a dit on arrête tout de suite le Kerlone car responsable de l’asthme donc maintenant je prends de l’Isoptine et donc si j’attrapais la Covid vous suggérez potentiellement la Colchicine mais dans la notice elle est aussi contre indiqué avec l’Isoptine 😒

Répondre

En effet, il pourrait s’agir d’une contribution majeure des chercheurs québécois à la lutte conte la COVID-19! En apparence, il s’agirait d’une étude sérieuse (randomisée en double aveugle) avec un nombre important de sujets (http://bit.ly/3a2U4Ax). En tout cas, une méthodologie bien plus sérieuse que les élucubrations de la première étude du Prof Raoult sur l’hydroxychloroquine avec seulement 20 sujets, répartis entre le groupe médicament et placébo non pas par tirage au sort, mais selon le choix des chercheurs et où les patients et les médecins savaient qui recevait le médicament ou le placébo.

Les résultats annoncés par l’étude COLCORONA sont à proprement parler spectaculaires ce qui pourrait expliquer qu’ils aient été dévoilés deux mois avant la fin prévue de l’étude en mars 2021 et avec 4000 sujets, moins que les 6000 sujets prévus. Il faut dire que 4000 est un nombre appréciable et que deux mois au stade actuel de la pandémie pourraient représenter beaucoup de vies sauvées.

Cela dit, il s’agit d’un communiqué de presse et malgré la confiance que m’inspire l’équipe responsable de cette étude, il reste à voir un article scientifique et les chiffres pour analyser la signification statistique. Le diable se cache dans les détails…

Scientifiquement vôtre

Claude COULOMBE

Répondre

J’ai finalement regardé les résultats. L’étude a un biais potentiel de sélection en ne gardant que les patients qui avaient une COVID-19 confirmée par PCR, mais la justification invoquée (retrait de patients potentiellement atteints d’autres maladies pulmonaires) est raisonnable. Notez qu’un puriste rejetterait l’étude car elle ne respecte pas le protocole initial…

Pour un échantillon de 4159 patients avec une COVID confirmée par PCR, la signification statistique est tout juste atteinte avec un facteur p de 0.04 (il fallait moins de 0.05) . On pourrait discuter longuement le choix d’un p de 0.05 mais c’est la pratique usuelle en sciences de la santé. On est pas en physique des particules…

Normalement 😉 , on devrait obtenir une meilleure signification statistique au fur et à mesure qu’on accumulera de nouvelles données.

Il faut également considérer que l’emploi de la colchicine ne présente pas de gros risque pour la grande majorité des patients.

C’est une belle découverte qui devrait sauver des vies.

Scientifiquement vôtre

Claude COULOMBE

Prudent, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) attend davantage de données et une meilleure signification statistique avant de recommander l’usage de la colchicine pour réduire les complications de la COVID-19 au Québec. Il souligne entre autres la faiblesse statistique de l’étude et note des risques d’embolie pulmonaire http://bit.ly/2YJ2Aze