Des commissaires demandent un examen du régime d’assurance-emploi

OTTAWA — Les représentants des employeurs et des travailleurs du régime d’assurance-emploi se disent profondément préoccupés par le fait qu’une révision promise du programme sera mise de côté dans un Parlement minoritaire.

Les lacunes de l’assurance-emploi, signalées depuis des années par des experts, ont été dévoilées au grand jour par la pandémie, notamment le fait que tous les travailleurs ne sont pas couverts et que les personnes couvertes ne peuvent pas toutes obtenir des prestations lorsqu’elles en ont besoin.

Le système d’assurance-emploi est supervisé par une commission qui examine régulièrement les problèmes et le système de recours, ainsi que son financement. Les commissaires représentent la voix des travailleurs et des entreprises, consultent souvent les électeurs et font part de leurs préoccupations aux fonctionnaires permanents.

Il est rare qu’ils s’expriment publiquement, mais les circonstances ont changé depuis que les libéraux ont promis un examen de l’assurance-emploi au cours de leur premier mandat, un engagement qui n’a pas été respecté.

Les commissaires de l’assurance-emploi espèrent que le gouvernement lancera bientôt une commission indépendante pour faire un examen approfondi.

Selon Judith Andrews, la commissaire des employeurs, les milieux d’affaires et les syndicats s’entendent pour dire qu’un examen ne devrait pas être précipité au milieu d’une pandémie.

L’une des préoccupations que les commissaires ont entendues de la part des employeurs et des groupes syndicaux qu’ils représentent est qu’un processus géré par des politiciens pourrait être perdu à cause de changements de priorités ou d’élections anticipées.

Le gouvernement a entendu leur appel sous la forme d’une lettre que les commissaires, des groupes syndicaux et des représentants du milieu des affaires ont envoyée à la ministre de l’Emploi Carla Qualtrough en septembre, demandant la formation d’un groupe avec des directives claires sur les questions à explorer et une date limite pour fournir des recommandations.

Le gouvernement promet maintenant de moderniser le régime d’assurance-emploi, qui a eu 80 ans cet été. Certaines parties technologiques de celui-ci reposent sur un langage de programmation datant des années 1960.

Mme Andrews a déclaré que les mois à venir pourraient être le moment idéal pour faire cet examen, car le gouvernement a facilité l’accès à l’assurance-emploi et augmenté les prestations en tant que programme de transition jusqu’à ce que le système soit modernisé.

Les fonctionnaires fédéraux ont mis de larges pans du système d’assurance-emploi en mode veille en mars et avril, alors que trois millions d’emplois ont été perdus. Les fonctionnaires craignaient que le système vieux de plusieurs décennies ne s’effondre sous le poids des demandes de prestations croissantes et qu’il faille un an pour traiter les demandes de la manière habituelle.

«Si le programme destiné à fournir un soutien au revenu pendant une crise économique s’effondre sous le poids du volume lorsque la crise arrive, eh bien, vous avez un problème», a déclaré le commissaire des travailleurs et travailleuses, Pierre Laliberté.

«Tous les programmes doivent être préparés pour cela.»

Laisser un commentaire