Des débats secrets sur le passage délicat d’un navire canadien près de la Chine

OTTAWA — Des documents récemment publiés lèvent le voile sur des pourparlers et des débats secrets du gouvernement qui ont eu lieu avant le passage d’un navire de guerre canadien dans une voie navigable sensible près de la Chine l’année dernière.

Ces discussions comprenaient une réunion privée entre les hauts fonctionnaires du ministère de la Défense nationale et d’Affaires mondiales Canada, des semaines avant que le NCSM Ottawa ne traverse le détroit de Taïwan.

Les responsables de la défense ont également été invités à garder le silence sur le déplacement de la frégate en septembre 2019, trois mois après que des avions de combat chinois eurent frôlé un autre navire canadien effectuant le même voyage.

Et il a été ordonné à ces responsables de tenir au courant le Bureau du Conseil privé, le ministère du premier ministre, tandis que le NCSM Ottawa se frayait un chemin sur la voie navigable.

Le niveau d’attention inhabituel des plus hauts niveaux de gouvernement indiqué dans les documents, obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, souligne les sensibilités entourant le voyage.

En effet, alors qu’une grande partie du monde considère le détroit de 180 kilomètres comme des eaux internationales, Pékin revendique la propriété du détroit séparant la Chine continentale de Taïwan.

Pékin, qui considère l’île indépendante de Taïwan comme une province rebelle, a condamné à plusieurs reprises ces passages de navires de guerre étrangers en provenance des États-Unis, du Canada et d’ailleurs comme illégaux.

Le NCSM Ottawa a fini par traverser le détroit de Taïwan à deux reprises au début de septembre. Des médias à ce moment ont soutenu que la trajectoire de la frégate avait été suivie de près par la marine chinoise.

La note de service largement caviardée adressée à la sous-ministre des Affaires étrangères, Marta Morgan, datée du 7 août 2019, commence par indiquer que le ministère de la Défense souhaite une évaluation des risques pour le voyage prévu du NCSM Ottawa.

La sous-ministre de la Défense nationale, Jody Thomas, «a également demandé une réunion avec vous le 12 août pour discuter de ce déploiement», ajoute la note.

Tandis que le NCSM Ottawa se trouvait à ce moment dans la région pour aider à appliquer les sanctions des Nations unies contre la Corée du Nord, la note indiquait que la frégate devait effectuer une visite au port de Bangkok, en Thaïlande, à la mi-septembre.

Les responsables de la défense ont déclaré publiquement que la décision de faire naviguer le NCSM Ottawa dans le détroit était due au fait que cette voie était le moyen le plus rapide pour la frégate d’atteindre Bangkok depuis sa position près de la Corée du Nord.

La note appuie cette affirmation, soulignant que contourner le territoire de Taïwan ajouterait un ou deux jours au voyage dans les deux directions.

Toutefois, elle indique également que la présence de la marine dans la mer de Chine méridionale, dont fait partie le détroit de Taïwan, «a démontré le soutien du Canada à nos partenaires et alliés les plus proches, à la sécurité régionale et à l’ordre international fondé sur des règles».

Affaires mondiales Canada a finalement accepté que le navire traverse le détroit, mais a appelé les responsables de la défense à garder le silence sur le voyage, en grande partie parce qu’ils craignaient que le voyage coïncide avec la campagne électorale fédérale.

«Enfin, Affaires mondiales Canada demandera au ministère de la Défense nationale de s’assurer qu’il tient le Bureau du Conseil privé informé au fur et à mesure de l’avancement de ce déploiement naval», ajoute la note.

L’ancien ambassadeur du Canada en Chine, David Mulroney, a décrit les discussions qui ont mené au passage du navire dans le détroit de Taïwan comme «une illustration d’une consultation intelligente et efficace aboutissant à la bonne décision».

«Il est extrêmement important que la Chine voie qu’en plus des États-Unis, d’autres pays sérieux comme le Canada ne seront pas intimidés à laisser au contrôle total de la Chine le détroit de Taïwan et Taïwan en tant que tel», a-t-il déclaré.

«La Marine royale canadienne, en étroite collaboration avec Affaires mondiales, promeut l’intérêt national et affirme notre souveraineté de l’autre côté du monde.»

Laisser un commentaire