Des écolières auraient été kidnappées dans le nord du Nigéria

LAGOS, Nigéria — Des hommes armés auraient attaqué une école dans le nord du Nigéria et kidnappé des centaines d’écolières, selon ce que rapportent vendredi des résidants de la région.

L’attaque se serait produite à l’école secondaire Jangebe, dans l’État de Zamfara.

Un homme, Nasiru Abdullahi, a dit à l’Associated Press qu’environ 300 filles sont portées disparues, dont ses filles de 10 et 13 ans.

Un autre résident, Musa Mustapha, a dit que les hommes armés ont aussi attaqué un camp militaire et un point de contrôle à proximité, empêchant les soldats d’intervenir pendant que les assaillants passaient plusieurs heures à l’école. On ne sait pas si l’incident a fait des victimes.

Plusieurs groupes armés sont actifs dans le Zamfara. Le gouvernement affirme qu’il s’agit de bandits qui prennent des otages pour obtenir des rançons ou la libération de leurs membres incarcérés.

«Nous sommes outrés et peinés par cette nouvelle attaque contre des écolières au Nigéria, a dit le représentant de l’UNICEF dans ce pays, Peter Hawkins. C’est une violation flagrante des droits des enfants et un expérience horrible à infliger à des enfants.»

Il a réclamé leur libération immédiate.

Ce pays d’Afrique de l’Ouest a été le théâtre de plusieurs attaques et enlèvements similaires au fil des ans. L’incident le plus tristement célèbre s’est produit en avril 2014, quand le groupe djihadiste Boko Haram a enlevé 276 filles de l’école secondaire de Chibok, dans l’État de Borno. Plus d’une centaine d’entre elles n’ont jamais été revues.

L’attaque de vendredi survient moins de deux semaines après que des hommes armés aient enlevé 42 personnes, dont 27 étudiants, d’une école scientifique de Kagara, dans l’État du Niger. Les étudiants, les enseignants et leurs proches sont toujours détenus.

En décembre, 344 étudiants ont été kidnappés d’une école scientifique de Kankara, dans l’État de Katsina. Ils ont éventuellement été relâchés.

Une spécialiste du Nigéria pour le groupe new-yorkais de défense des droits de la personne Human Rights Watch a dénoncé ces enlèvements sur Twitter et déclaré qu’une «intervention musclée est requise de la part du gouvernement pour renverser la vapeur et assurer la sécurité des écoles».

– Par Sam Olukoya, The Associated Press

Laisser un commentaire