Enregistrements au procès: Amanda Lindhout supplie sa mère de payer la rançon

OTTAWA — Après une année en captivité en Somalie, Amanda Lindhout a supplié sa mère, lors d’une conversation téléphonique empreinte de panique, de rassembler rapidement le montant de la rançon car ses ravisseurs somaliens avaient commencé à la torturer.

Dans un enregistrement de la conversation téléphonique de septembre 2009 diffusé mercredi devant le tribunal à Ottawa, Amanda Lindhout affirme à sa mère, Lorinda Stewart, qu’elle a été rouée de coups alors qu’elle était attachée par les mains et les pieds. La journaliste canadienne retenue en otage en Somalie soutient alors qu’elle subira des mauvais traitements chaque jour entre les mains de ses ravisseurs jusqu’à ce que l’argent soit versé.

«Où est l’argent?», lance Amanda Lindhout, paniquée.

«Est-ce que tu comprends ce qu’ils me font?»

Mme Lindhout, de Red Deer, en Alberta, travaillait comme journaliste indépendante lorsque le photographe australien Nigel Brennan et elle-même ont été enlevés près de Mogadiscio en août 2008. Tous deux ont été libérés en novembre 2009.

Après avoir entendu l’appel désespéré de sa fille, Mme Stewart a tenté de l’assurer qu’elle faisait tout en son possible pour rassembler la somme de 2 millions $ US réclamée par les ravisseurs pour la libération du duo.

«Amanda, nous t’aimons. Nous tentons si fort, Amanda. Le gouvernement ne nous aidera pas. Nous vendons tout ce que nous pouvons», affirme-t-elle.

À ce moment, les familles d’Amanda Lindhout et de Nigel Brennan avaient été en mesure de recueillir 434 000 $ US grâce à la vente de terrains, de véhicules et de machinerie agricole.

La mère d’Amanda Lindhout a demandé aux ravisseurs somaliens de sa fille de réduire leur demande de rançon de 2 millions $, faisant valoir que sa famille n’était pas riche et avait peu d’argent à offrir.

Dans une série de conversations téléphoniques tendues présentées mercredi au procès d’Ali Omar Ader, on peut entendre Lorinda Stewart dire au présumé ravisseur qu’elle veut simplement revoir sa fille.

Ali Omar Ader, un Somalien âgé de 40 ans, a plaidé non coupable à une accusation criminelle de prise d’otage pour son rôle allégué dans cette affaire.

Durant un appel téléphonique en août 2009, Mme Stewart fait valoir à Ali Omar Ader que si Mme Lindhout et M. Brennan sont tués, leurs ravisseurs ne recevront aucune somme d’argent.

Ali Omar Ader affirme de son côté que les ravisseurs n’accepteront rien de moins que 2 millions $ — et certainement pas les 319 000 $ offerts à ce moment pour la libération du duo.

Mercredi, Ali Omar Ader semblait impassible sur le banc des accusés, les chevilles liées, en écoutant les enregistrements réalisés huit ans auparavant.

Les plus populaires