Des entreprises et des politiciens espèrent restaurer la bulle atlantique

FREDERICTON — La directrice générale de la Chambre de commerce de l’Atlantique croit que le plus tôt que la bulle atlantique pourra être restaurée, mieux ce sera.

Sheri Somerville affirme que les entreprises souhaitent que les restrictions relatives à la COVID-19 soient assouplies et que les frontières rouvrent pour permettre de voyager librement dans la région.

Dimanche, le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, a dit au réseau anglais de Radio-Canada qu’il espérait la réouverture de la bulle au début du printemps.

Son homologue de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, a déclaré lundi qu’il soutenait le concept de la bulle atlantique, mais qu’il n’était pas encore prêt à fixer une date, car la priorité est de réduire le nombre de cas de COVID-19 dans sa province.

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la docteure Jennifer Russell, estime qu’il est essentiel de maîtriser d’abord le nombre de cas, surtout maintenant que des variants sont présents dans la région.

Selon la docteure Russell, la réouverture de la bulle se fera probablement lorsque les provinces auront vacciné un certain pourcentage de leur population.

Phase jaune au Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick a d’ailleurs fait état de cinq nouvelles infections sur son territoire, lundi. Deux cas proviennent de la région de Moncton, et trois du secteur du Miramichi. 

On dénombre 36 cas actifs, dont trois personnes qui sont hospitalisées. L’un de ces patients est à l’unité des soins intensifs.

Toute la province passait à la phase jaune à compter de lundi. En vertu des nouvelles règles, les Néo-Brunswickois peuvent notamment élargir leur bulle à 15 personnes. À l’intérieur de ces bulles, les 15 mêmes personnes pourront passer du temps ensemble et aller au restaurant.

Les équipes sportives pourront aussi reprendre leurs activités d’une zone à l’autre et les rassemblements extérieurs de 50 personnes ou moins sont autorisés, à condition de respecter la distanciation physique.

D’autres cas à Terre-Neuve-et-Labrador

C’est toujours à Terre-Neuve-et-Labrador que l’on retrouve le plus de cas actifs dans la région de l’Atlantique. 

Avec les trois nouveaux cas signalés lundi, il y a 84 infections actives, dont trois personnes qui sont hospitalisées aux soins intensifs.

Sur les 84 cas, 82 proviennent de la région sanitaire de l’Est, qui comprend la capitale, Saint-Jean.

De son côté, la Nouvelle-Écosse n’a rapporté aucune nouvelle infection. La province compte 24 cas actifs, deux hospitalisations, dont une personne aux soins intensifs.

Laisser un commentaire