Des entreprises ukrainiennes présentent leurs innovations au CES 2023

LAS VEGAS — Partout dans le monde, les dernières années n’ont pas été simples pour les entreprises innovantes. Mais en Ukraine, particulièrement, réussir à lancer une nouvelle entreprise — ou à maintenir en vie sa jeune entreprise — au cours des derniers mois relève du miracle.

L’invasion russe, qui perdure depuis plus de 10 mois, n’a toutefois pas empêché le psychologue clinicien Ivan Osadchy d’apporter son nouveau dispositif médical, appelé Knopka, au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, qui s’est ouvert jeudi.

M. Osadchy espère que présenter son produit au plus important salon consacré à l’innovation technologique permettra de le faire entrer dans les hôpitaux américains.

Il a inventé l’appareil après avoir passé un an avec sa propre grand-mère à l’hôpital et découvert qu’il devait passer beaucoup de temps à chercher des infirmières quand elle avait besoin de quelque chose.

Son nouveau système fonctionne donc en avertissant les infirmières lorsqu’un patient a une fréquence cardiaque anormale, doit suivre un traitement ou a besoin d’aide. L’infirmière ne peut pas éteindre l’avertisseur tant qu’elle n’a pas réglé le problème.

Pour M. Osadchy, l’invasion russe a démontré à quel point son travail est important.

«Je continue de travailler parce que les hôpitaux sont toujours ouverts et que je veux faire ma part pour les soutenir. Il faut assurer l’efficacité des opérations et la sécurité des patients», a-t-il souligné en entrevue, en faisant référence à la situation en Ukraine.

Deux des hôpitaux où travaillait le psychologue clinicien ont été touchés par des frappes russes, a souligné M. Osadchy, tandis qu’un autre est toujours occupé par les forces ennemies.

«Le défi est encore plus grand pour nos équipes, surtout quand on sait que les Russes bombardent notre système électrique et que les gens ont du mal à travailler sans lumière et sans chauffage.»

Initiative gouvernementale

M. Osadchy fait partie de la dizaine d’entreprises émergentes ukrainiennes qui sont présentes au CES cette année grâce à un fonds gouvernemental mis en place pour leur permettre d’aller présenter leurs innovations au reste du monde.

Karina Kudriavtseva, du Fonds de démarrage ukrainien, a rappelé que la guerre menée par la Russie n’a pas refroidi les ardeurs des jeunes entrepreneurs du pays.

«C’est certain que les temps ont changé et que leurs conditions ont changé, mais tout ça ne peut que les rendre plus forts. Toutes les entreprises veulent assurer leur survie, protéger leur équipe et sauver leur vie, bien sûr», a-t-elle mentionné.

À cause de l’invasion russe, Valentyn Frechka a dû déménager en France, mais il a confirmé que son entreprise de papier, Releaf, n’a jamais arrêté sa production.

Dès l’âge de 16 ans, M. Frechka a décidé d’étudier des sources alternatives de cellulose afin de réduire la déforestation. Il a maintenant développé une technologie qui utilise des feuilles mortes et des fibres recyclées pour fabriquer du papier.

Le produit le plus important de son entreprise est les sacs en papier, mais il fabrique aussi des emballages alimentaires, des cartons pour les œufs et des boîtes en carton ondulé.

M. Frechka croit que le conflit a forcé son entreprise à devenir plus flexible et plus ouverte aux opportunités.

«Lorsque cette guerre est arrivée et que nous avons déménagé notre entreprise en France, nous avons trouvé beaucoup de nouveaux partenaires et nous avons levé des fonds», a-t-il dit.

«Donc, ça nous a vraiment rendus plus ouverts au monde.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.