Des environnementalistes inquiets du projet d’une minière en Nouvelle-Écosse

HALIFAX — Les écologistes expriment leur consternation face à une décision imminente du gouvernement provincial qui pourrait permettre à une mine d’or de la Nouvelle-Écosse d’augmenter la hauteur du mur de son bassin existant pour déposer des résidus miniers.

La société australienne St Barbara, propriétaire de la mine d’or Touquoy à Moose River, en Nouvelle-Écosse, a déclaré qu’elle devrait suspendre les opérations de la mine à ciel ouvert si sa demande n’était pas approuvée par le ministère de l’Environnement d’ici le début du mois d’août.

Karen McKendry, une coordonnatrice de l’Ecology Action Centre de Halifax, mentionne que la demande de l’entreprise de modifier son permis industriel est distincte du processus normal d’évaluation environnementale. Il n’y a pas de processus de consultation publique requis si l’entreprise veut surélever le mur, ajoute-t-elle.

«Nous tirons la sonnette d’alarme à ce sujet, a déclaré Mme McKendry en entrevue. Élever une digue pour les résidus l’expose davantage au risque de rupture, et cette décision va être prise à huis clos. On doit remettre cela en question.»

Avant de prendre une décision, les autorités provinciales devraient au moins demander leur propre étude technique indépendante et effectuer une modélisation informatique des conséquences d’une rupture du mur, selon Mme McKendry.

En mai, le ministre de l’Environnement, Tim Halman, a donné un an à la filiale canadienne de St Barbara, Atlantic Mining Nova Scotia, pour soumettre plus d’informations sur les effets environnementaux d’une demande distincte de stockage des résidus de Touquoy dans une fosse à ciel ouvert, une fois les opérations minières terminées.

St Barbara a évoqué en juin que la décision du ministre néo-écossais est intervenue «tard dans le processus» alors que la mine approche de sa fin de vie. La société a déclaré qu’elle avait alors soumis une autre demande pour surélever le mur en tant que «solution provisoire» qui prolongerait les opérations jusqu’en 2023.

St Barbara a déclaré jeudi qu’elle «continue de dialoguer» avec le ministère de l’Environnement. Aucun échéancier pour une décision concernant sa demande n’a été fixé, «bien qu’une décision soit prévue en août 2022», a indiqué la minière australienne. 

La société précise qu’elle souhaite également développer trois autres mines d’or situées à proximité. Ces projets sont actuellement à diverses étapes du processus réglementaire.

Pour sa part, le ministère de l’Environnement a déclaré qu’il examinait toujours la demande de l’entreprise de surélever le mur. Il indique que l’augmentation de la hauteur proposée a été établie par un ingénieur de l’entreprise qui est «responsable de s’assurer que la conception du barrage est durable et répond aux exigences canadiennes» sur la sécurité des barrages. 

De la taille de plusieurs terrains de football, la mine de Moose River a commencé ses activités à l’automne 2017 et est située à environ 90 minutes d’Halifax.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.