Des experts ne s’entendent pas sur la pertinence d’installer des mangeoires

HALIFAX — Des experts de la vie des oiseaux ne s’entendent pas sur la pertinence d’installer des mangeoires de jardin pendant une pandémie de grippe aviaire.

Le président de Nature Nova Scotia dit comprendre l’amour que portent plusieurs Canadiens aux oiseaux, mais il ne fait pas installer de mangeoires dans une cour afin de les protéger contre des maladies potentiellement mortelles.

«Je crois vraiment que c’est un grand problème de nourrir les oiseaux en hiver si on considère leur bien-être», affirme-t-il. Il note que des maladies comme la grippe aviaire, la salmonellose ou la trichinose se propagent là où des oiseaux se rassemblent pour manger.

Des premiers cas de grippe aviaire H5N1 ont été détectés dans la région de St. John’s, à Terre-Neuve, en décembre 2021. Les autorités avaient alors déclaré qu’il s’agissait de la première présence de la maladie au Canada depuis 2015. D’autres cas ont été dépistés sur des oiseaux sauvages et dans des élevages de volailles dans l’ensemble du pays, y compris au Québec.

Certaines provinces, comme la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador, ont publié, au cours de la dernière année, des communiqués recommandant à leur population de ne pas nourrir les oiseaux. M. Bancroft dit qu’elles ont eu raison de formuler ce conseil.

Au Québec, l’ancien ministère de la Forêt et de la Faune, qui a été scindé depuis la nomination du nouveau gouvernement, recommandait le printemps dernier de maintenir une bonne hygiène et de nettoyer les mangeoires au moins une fois par semaine à l’eau chaude et au savon à vaisselle. «Si des oiseaux présentent des signes de maladie ou si des oiseaux sont morts, les mangeoires devraient être retirées temporairement et désinfectées en profondeur à l’aide d’une solution de Virkon ou d’eau de javel à 10 % (9 parties d’eau pour une partie d’eau de javel)», ajoutait-on.

Elizabeth Walsh, une biologiste du ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse, dit que ne pas installer des mangeoires de jardin pour l’hiver prochain est une façon aider les efforts de la province pour éviter une plus grande propagation de la grippe aviaire.

En Nouvelle-Écosse, 23 cas de H5N1 ont été confirmés, mentionne-t-elle. La maladie a été dépistée plus particulièrement parmi les oiseaux de mer. Toutefois, des pigeons, des corbeaux et des geais bleus ont aussi été atteints.

Ian Jones, un professeur de biologie de l’Université Memorial, à St. John’s, n’est pas d’accord avec l’idée que les mangeoires sont des lieux propices pour la propagation de la maladie. Il rappelle que la grippe aviaire frappe surtout les volailles et les palmipèdes.

«Comment quelques juncos ardoisés et quelques mésanges se nourrissant à une mangeoire peuvent-ils représenter un problème pour une maladie aussi pathogène que la grippe aviaire? La réponse est: ce n’est pas le cas d’un point de vue scientifique», soutient-il.

Le Pr Jones lance que la recommandation des gouvernements de ne pas installer des mangeoires de jardin est «scientifiquement ridicule».

Il avance que les sites d’enfouissement de déchets représentent un plus grand risque de propagation de grippe aviaire que les cours individuelles. Si les provinces s’inquiètent de la santé des oiseaux, elles doivent plutôt s’assurer de la sûreté de ces emplacements.

«Des sites d’enfouissements, c’est comme une mangeoire géante. Ils sont propices à la super-propagation», dit le Pr Jones qui fait remarquer que ces emplacements attirent des corbeaux, des mouettes, des étourneaux et autres charognards qui peuvent transmettre facilement la maladie.

La directrice générale de Nature Nouveau-Brunswick, Vanessa Roy-MacDougall, n’a rien contre l’installation de mangeoires de jardin, à condition que celles-ci soient souvent nettoyées une fois par semaine au vinaigre ou à une solution d’eau de Javel.

«La chose à faire est de continuer à nettoyer les mangeoires et de surveiller tout comportement animal anormal», dit-elle.

Ainsi, si un oiseau se laisse approcher ou semble être dans un état léthargique, cela pourrait être un signe qu’il est atteint de la grippe aviaire. Dans un tel cas, il vaut mieux retirer la mangeoire et signaler le cas aux autorités provinciales.

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.