Des femmes autochtones se rassemblent à Québec pour dénoncer le racisme systémique

MONTRÉAL — Une centaine de femmes de différentes nations et communautés autochtones se sont rassemblées samedi devant l’Assemblée nationale pour dénoncer la discrimination et le racisme systémique envers les personnes autochtones – en particulier, les femmes – et pour exhorter le gouvernement du Québec à adopter le Principe de Joyce.

Marjolaine Étienne, la présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ), a affirmé que la mobilisation s’inscrivait dans une «démarche de réconciliation» entre les communautés autochtones et allochtones.

«Ce sont des témoignages de femmes, et pas seulement une, mais de nombreuses femmes provenant de différentes nations et communautés à travers la province. […] Il va falloir travailler sur la source du problème pour assurer la sécurité de l’ensemble des personnes autochtones», a-t-elle déclaré en entrevue.

La publication de plusieurs rapports relevant des traitements discriminatoires envers les femmes autochtones au sein du système de santé illustre aussi, selon elle, le problème du racisme systémique. Le plus récent, datant du 25 novembre, recense d’ailleurs plus d’une vingtaine de femmes ayant été victimes de stérilisation imposée et de violences obstétricales au cours des dernières décennies.

«Malheureusement, c’est un rapport parmi tant d’autres : on a le rapport du coroner [de Joyce Echaquan], le rapport sur la loi 79 pour les enfants décédés ou disparus, la Commission Viens… Si l’on rassemble tous ces rapports-là, qui mentionnent souvent une discrimination systémique, on constate plusieurs recommandations qui doivent être appliquées à l’ensemble de la société québécoise», a souligné Mme Étienne.

Dans un effort de mettre en lumière la réalité des femmes autochtones, des femmes de partout à travers la province se sont donc présentées pour revendiquer, entre autres, un meilleur traitement au sein du milieu hospitalier. Certaines ont même pris l’avion et d’autres ont conduit pendant près de 10h pour participer à la mobilisation.

Le rassemblement de l’organisme FAQ visait également à enjoindre le gouvernement québécois à adopter le Principe de Joyce afin de «garantir à tous les Autochtones un droit d’accès équitable, sans aucune discrimination, à tous les services sociaux et de santé, ainsi que le droit de jouir du meilleur état possible de santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle».

Ce principe avait vu le jour à la suite du décès de Joyce Echaquan, le 28 septembre 2020, au centre hospitalier de Joliette, près de la communauté atikamekw de Manawan.

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.