Des groupes environnementaux s’opposent aux terminaux de GNL sur la côte est

HALIFAX — Une coalition de groupes environnementaux demande à Ottawa de rejeter toute proposition de construction d’installations d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) sur la côte est du Canada.

La coalition, qui comprend la Fondation Sierra Club Canada et Climate Action Network Canada, a publié jeudi une déclaration suggérant que les Canadiens s’opposent à de tels projets en raison de leurs «émissions dévastatrices pour le climat» et des risques financiers potentiels.

Pieridae Energy, basée à Calgary, fait la promotion de la construction d’un terminal GNL de plusieurs milliards de dollars à Goldboro, en Nouvelle-Écosse, depuis 2011, mais elle a suspendu le projet l’été dernier.

L’entreprise, qui n’a pas pu être jointe pour commenter, avait prévu d’obtenir du gaz naturel de l’Ouest canadien par pipeline, puis de l’expédier par camion-citerne à des clients européens, mais l’idée a échoué lorsque les prix du GNL ont chuté l’an dernier.

Cependant, depuis que la Russie a envahi l’Ukraine en février, la demande de gaz naturel a augmenté, face à la crainte que les Russes ne coupent leur approvisionnement vers l’Europe, l’Allemagne en particulier.

D’autres projets de terminaux méthaniers en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick suscitent également un regain d’intérêt.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.