Des groupes veulent accélérer l’octroi de permis aux infirmières internationales

TORONTO — Razan Suliman a travaillé comme infirmière autorisée et sage-femme dans certaines des circonstances les plus éprouvantes du monde, des hôpitaux de guerre aux camps de réfugiés.

Mais cinq ans après avoir entamé le processus pour devenir infirmière autorisée en Ontario, elle attend toujours.

«C’est très, très frustrant. Vous ne pouvez pas imaginer la douleur que je traversais, parce que je voulais vraiment obtenir mon permis, et tout me ralentissait», a déclaré Mme Suliman, âgée de 34 ans, qui vit avec son mari et ses trois enfants à Orangeville, en Ontario.

Mme Suliman, qui est arrivée au Canada en tant que réfugiée syrienne en 2015, fait partie des milliers d’infirmières formées à l’étranger qui veulent travailler en Ontario. Elles pourraient aider à atténuer les pénuries de personnel qui poussent certains hôpitaux à fermer temporairement les urgences, mais ces infirmières sont laissées dans les limbes en raison d’un système d’enregistrement coûteux et complexe.

Les organisations infirmières et les réseaux hospitaliers ont tous deux identifié le recrutement à l’international comme une solution à long terme alors que la province peine à retenir les travailleurs, dont beaucoup sont épuisés ou quittent la profession en masse.

Les appels répétés de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (RNAO) et de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario (ONA) en faveur d’un processus d’accréditation plus rapide pour les infirmières formées à l’étranger sont devenus plus urgents ces dernières semaines.

«Le système est en train de brûler. Il brûle et les soins aux patients en souffrent», a déclaré Doris Grinspun, PDG de RNAO. 

«Ces collègues sont prêts à partir. Et ils avaient simplement besoin d’être pris en charge beaucoup plus rapidement.»

Le processus de candidature de Mme Suliman a commencé en 2017, lorsqu’elle a commencé à compiler les documents nécessaires pour prouver sa formation et son expérience de travail syriennes au Service national d’évaluation infirmière du Canada. 

Le service examine ces types de demandes, puis envoie un rapport à l’organisme provincial de réglementation des soins infirmiers, qui délivre au demandeur un ensemble d’exigences à remplir – éducation, compétences linguistiques, expérience pratique, par exemple – avant de pouvoir obtenir un permis.

Mme Suliman, qui dit avoir quitté la Syrie sans rien, tentait d’obtenir des documents en pleine guerre civile.

Son école d’infirmières, a-t-elle raconté, avait été bombardée et son ancien hôpital retenait ses dossiers d’emploi. Après de nombreux appels téléphoniques avec le service d’évaluation, elle indique que sa candidature a été acceptée.

Mme Suliman affirme que son rapport a été transmis en 2019 à l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario, qui lui a dit de mettre à niveau ses études avec 16 cours collégiaux. Avec l’aide de son mari, qui travaille comme concessionnaire de voitures d’occasion, la mère de famille a jonglé entre la garde de trois enfants et les cours au collège George Brown avant d’obtenir son diplôme en décembre dernier. Elle doit passer son examen d’inscription en août.

«Je sais que ce sont les règles, mais tout était difficile à obtenir», a-t-elle déclaré.

Concurrence avec les finissants 

Un récent rapport du commissaire à l’équité de l’Ontario a montré que l’organisme de réglementation des soins infirmiers de la province a dû faire face à des revers liés à la pandémie alors qu’il traitait des milliers de demandes internationales.

Le rapport de 2020 a révélé que 14 633 infirmières formées à l’étranger cherchaient activement à obtenir un permis par l’intermédiaire de l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario. Cette même année, un peu plus de 2000 candidats internationaux sont devenus membres à part entière.

La porte-parole de l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario, Kristi Green, a déclaré que l’organisme de réglementation ne disposait pas du nombre de candidats impliqués dans le processus d’inscription ni des délais pour l’ensemble du processus de demande, «car ils ne reflètent pas la variation qui est nécessaire pour assurer l’équité.»

L’association des infirmières autorisées affirme que la dernière décennie a vu un retard croissant de candidats et estime que la file d’attente est proche de 26 000.

Le collège a récemment pris des mesures pour accélérer le processus, y compris des changements aux exigences en matière de compétences linguistiques et un partenariat avec la province pour créer davantage de possibilités de pratique supervisée.

Ruth Wojtiuk, responsable de la pratique professionnelle au Centre CARE pour les infirmières internationales, applaudit cette décision. Selon elle, l’exigence récente en matière d’expérience professionnelle  «est l’une des plus difficiles»  à satisfaire pour les infirmières formées à l’étranger, car elles sont souvent en concurrence avec les étudiantes en sciences infirmières de la province qui sont liées à des placements par des programmes collégiaux.

Le collège affirme que l’année a été record, avec près de 4000 demandes traitées à la fin juin, soit plus du double de ce qu’il avait traité à la même période l’an dernier. Il indique également qu’il envisage de mettre à jour les politiques concernant les preuves de pratique, l’éducation et les vérifications du casier judiciaire afin de rationaliser le processus.

Mais Mme Grinspun, de l’association des infirmières autorisées, croit qu’il y a encore place à l’amélioration. Plutôt que de traiter chaque candidat individuellement, dit-elle, le collège pourrait rechercher des moyens de regrouper les candidats diplômés de la même cohorte dans une école d’infirmières internationale.

Gloria Baker, 55 ans, tente depuis 14 ans d’obtenir un permis d’infirmière en Ontario.

Elle dit avoir postulé pour la première fois en 2008, alors qu’elle travaillait en Jamaïque, et on lui a dit qu’elle avait cinq ans pour obtenir une autorisation de travail si elle voulait s’inscrire à l’université.

Elle est arrivée au Canada deux ans plus tard dans le cadre du programme d’aides aux familles résidantes, mais dit qu’elle n’a pas obtenu sa résidence permanente avant la fermeture du collège en raison de ce qu’elle a décrit comme des documents d’immigration bâclés par une agence de recrutement et des problèmes avec les employeurs.

Pendant 10 ans, Baker dit qu’elle n’a pas vu sa fille en Jamaïque, car elle est restée au Canada pour tenter d’obtenir sa résidence permanente. Elle a dû manquer les funérailles de son père.

«Je ne pouvais pas voir ma fille, donc c’était un sacrifice. Et à un moment, je lui ai dit : tu sais quoi, je rentre à la maison», raconte-t-elle. Sa fille l’aurait encouragé à rester là-bas, évoquant qu’elle y est allée pour une raison. 

Elle a finalement obtenu sa résidence permanente en 2018, date à laquelle elle a présenté une nouvelle demande à l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario. Elle travaille avec Purolator le jour et suit des cours de sciences infirmières le soir, alors qu’elle se prépare à passer ses examens en août.

«Nous sommes des infirmières, et nous sommes venues ici pour être des infirmières, pour rendre service ici. Nous avons également servi notre pays et nous sommes également venus pour servir ce pays, a-t-elle déclaré. Elle espère que le processus sera plus facile à l’avenir. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.