Des haut placés de la Maison-Blanche décrivent l’accord concernant «les Biden»

WASHINGTON — Lors des auditions dans l’enquête en vue de destituer Donald Trump vendredi, deux fonctionnaires haut placés de la Maison-Blanche ont déclaré qu’il n’y avait, à leurs yeux, aucune ambiguïté: si le nouveau président de l’Ukraine souhaitait être reçu dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche (et il a été reçu par le président américain), il devait ouvrir une enquête publique sur l’adversaire de Donald Trump, Joe Biden, ainsi que sur son fils.

«Il n’y avait pas d’ambiguïté», a déclaré le lieutenant-colonel Alexander Vindman, officier de l’armée affecté au Conseil de sécurité nationale, relatant une journée extraordinaire de réunions à la Maison-Blanche l’été dernier.

Alexander Vindman et Fiona Hill, une ancienne conseillère de la Maison-Blanche sur la Russie, ont tous deux fourni des descriptions de première main lors de témoignages à huis clos au Congrès.

Alexander Vindman a déclaré que Gordon Sondland, ambassadeur auprès de l’Union européenne (qui a contribué financièrement à la campagne présidentielle de Donald Trump), avait déclaré aux représentants ukrainiens en visite aux États-Unis que s’ils espéraient que leur président ait une rencontre en personne avec le président américain, «l’Ukraine devait mener une enquête sur les Biden».

Les deux Biden? ont demandé des représentants du Congrès. «Au meilleur de mon souvenir, la réponse est oui», a répondu Alexander Vindman.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire