Des inquiétudes alimentaires surgissent à la suite du passage de Fiona à l’Î.-P.-É.

CHARLOTTETOWN — Des organismes communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard disent s’inquiéter de voir l’inflation, la hausse des coûts de logement et surtout les récents dégâts causés par la tempête Fiona mener à un grave problème d’insécurité alimentaire chez les personnes à faible revenu.

Pauline Howard, une bénévole de l’organisme P.E.I. Food Exchange, croit que la récente décision de modifier la réglementation pour permettre des hausses de loyer mensuelles pouvant atteindre 10,8 %, jumelée à d’importantes pertes alimentaires en raison de la tempête, va rendre l’hiver très difficile pour plusieurs.

De son côté, Nouhad Mourad du groupe Charlottetown Mutual Aid mentionne que bon nombre de foyers ont dû jeter de la nourriture en raison de la panne d’électricité prolongée. Elle ajoute que plusieurs insulaires à faible revenu ont aussi été privés de salaire pendant quelques semaines.

Au moment du passage de la tempête post-tropicale, le 24 septembre, environ 90 % du réseau électrique de la province a été débranché, soit environ 82 000 clients.

Environ la moitié d’entre eux ont été privés de courant pendant une semaine et quelque 3300 clients sont toujours dans le noir.

Selon Mme Mourad, les gens faisaient la file, mardi, au centre commercial de Charlottetown afin de recevoir une aide de 250 $ de la Croix-Rouge, mais elle souligne que cette somme ne sera pas suffisante pour couvrir les pertes de plusieurs.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.