Des manifestants défilent dans un quartier commercial de luxe de Hong Kong

HONG KONG — Des manifestants se sont déplacés dimanche en grand nombre vers un quartier commercial après que la police antiémeute eut fait usage de gaz lacrymogène pour les expulser du secteur qu’ils occupaient précédemment, à Hong Kong.

Portant des casques jaunes et des masques noirs, les protestataires sont sortis d’une station de métro bondée de Causeway Bay. Peu de gens dirigeaient la circulation pendant que d’autres tenaient les tourniquets.

Les caméras de surveillance de la station ont été recouvertes de rubans noirs et de parapluies pendant la sortie des manifestants. Certains ont érigé des barricades dans le secteur connu pour ses magasins de luxe et ses restaurants à la mode.

Plus tôt, une station de police est devenue la cible de manifestants lorsque deux rassemblements partis deux endroits différents de la grande ville se sont unis pour former un long cortège.

Après le rassemblement dans le secteur de Tseung Kwan O, dans l’est de Hong King, des manifestants ont lancé des pierres, des briques et d’autres objets vers une station de police en utilisant ce qui semblait être des grands lance-pierres fabriqués à la main. Plusieurs vitres ont été fracassées, ont dénoncé les autorités. Ailleurs, d’autres manifestants ont commencé à ériger des barricades et à bloquer les rues.

La police a annoncé qu’elle avait arrêté samedi plus de 20 personnes après que les manifestations se soient de nouveau soldées par des affrontements entre protestataires et les forces de l’ordre.

Comme d’habitude, depuis le début du mouvement de protestation, il y a neuf semaines, les manifestations se sont amorcées dans le calme.

Dans un parc de l’île de Hong Kong, un flûtiste et un trompettiste ont interprété «Do You Hear the People Sing?» de la comédie musicale Les Misérables. Cette chanson est devenue un hymne de rassemblement pour les manifestants.

Les manifestants dénoncent le gouvernement chinois et la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, leur reprochant de vouloir éroder les libertés civiles et l’autonomie du territoire.

«Nous ne sommes pas une autre ville chinoise. Nous sommes Hong Kong», a déclaré Cara Lee, une agente d’assurance âgée de 53 ans qui participaient à sa 13e manifestation. Je suis honteuse du fait que nous n’avons rien fait pendant si longtemps. Mais nous sommes maintenant réveillés. Je dois parler pour la prochaine génération. C’est notre responsabilité morale.»

Des militants ont lancé des appels à la grève générale pour lundi.

Les plus populaires