Des manifestants érigent et incendient des barricades à Hong Kong

HONG KONG — Des milliers de personnes ont fait fi samedi de l’interdiction de manifester décrétée par les autorités pour descendre dans les rues de Hong Kong.

Plusieurs ont érigé des barricades sur une des principales artères du territoire autonome et ils ont en incendié certaines d’entre elles. Ils se sont réunis autour des flammes qui s’élançaient dans le ciel comme des lasers.

Certains manifestants plus radicaux ont lancé des projectiles et des cocktails Molotov au-dessus des barrières censées protéger le complexe abritant les institutions hongkongaises. La police a répliqué en faisant usage de gaz lacrymogène et d’un canon à eau projetant un liquide bleu.

Les protestataires ont retraité lorsque des policiers sont arrivés sur les lieux. Ils se sont rassemblés sur le chemin Hennessey, dans le district Wanchai, où ils ont répété leur manège en érigeant une barricade et en l’incendiant.

Les incendies ont été éteints par les pompiers de la mégapole.

Les forces policières ont fait irruption dans une rame de métro et frappé les passagers à coups de matraque et en faisant usage de poivre de Cayenne, ce qui pourrait accentuer les tensions.

Les autorités ont indiqué que les policiers sont entrés dans la station afin d’appréhender des manifestants qui agressaient des passagers et commettaient des actes de vandalisme. Une foule en colère s’est ensuite rassemblée à l’extérieur des stations Prince Edward et Mongkok où la police dit avoir arrêté des manifestants qui s’en prenaient à un centre de service à la clientèle et brisaient des distributrices de billets.

La manifestation de samedi marquait le cinquième anniversaire de la décision des autorités chinoises de ne pas organiser des véritables élections libres à Hong Kong.

Lam Cheuk-ting, un parlementaire du Parti démocrate, a déclaré que les citoyens de Hong Kong continueront de défendre leurs droits et libertés malgré les arrestations de plusieurs éminents militants au cours des derniers jours.

Les protestataires réclament des véritables élections démocratiques et l’ouverture d’une enquête sur les brutalités policières.

Un millier de personnes ont aussi défilé vers une église méthodiste et les quartiers généraux de la police. Ils ont chanté des hymnes et scandé des slogans. Un appel à la manifestation intitulée «une prière pour les pécheurs» montrant une croix chrétienne et une photo de la chef exécutive de Hong Kong, Carrie Lam, avait été lancé sur internet.

Les autorités avaient rejeté la demande du front civil des droits de l’homme, l’organisation derrière plusieurs des grands rassemblements qui se sont déroulés au cours de l’été, d’une manifestation vers le complexe gouvernemental. La police a défendu la décision en disant que si les précédentes marches se sont amorcées avec un esprit pacifique, elles se sont fréquemment terminées dans la violence.

Les plus populaires