Des manifestants s’opposent à l’urgence sanitaire à l’aube d’une deuxième vague

MONTRÉAL — Alors que la tant redoutée deuxième vague de contagion du coronavirus semble de plus en plus évidente avec l’annonce de 427 nouveaux cas déclarés au Québec samedi, des manifestants continuent de réclamer la fin de l’urgence sanitaire.

Des invitations lancées sur les réseaux sociaux appelaient les opposants aux mesures de prévention contre la crise sanitaire à sortir dans la rue dans une dizaine de villes de la province.

À Montréal, les opposants aux consignes de la santé publique avaient rendez-vous à l’extérieur de la station de métro Sherbrooke. À l’heure prévue du rendez-vous, à 13 h 00, on comptait 13 adultes et deux enfants. Une poignée d’autres personnes ont rejoint plus tard le groupe qui s’est déplacé vers le carré Saint-Louis.

L’un des coordonnateurs du rassemblement à Montréal, Alexandre Laberge-Goyette estime que le seul moyen actuellement de faire entendre un point de vue dissident de celui des autorités est de prendre la rue.

Il dit dénoncer une pensée unique dans le discours public au Québec en ce qui concerne la pandémie. Il aimerait également que les autorités diffusent davantage de données sur la gravité des cas et le taux de personnes asymptomatiques.

À son avis, l’urgence sanitaire a permis aux gouvernements de s’octroyer carte blanche pour effectuer des dépenses non justifiées.

Cette semaine, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a prévenu que des mesures plus contraignantes pourraient être imposées à nouveau si la situation ne s’améliore pas.

Il a notamment ciblé les régions de Québec, de Montréal et du Bas-Saint-Laurent comme pouvant se retrouver en zone orange avant longtemps.

Il s’agit du troisième niveau d’alerte, sur quatre, selon le système d’évaluation du gouvernement. Ce palier peut entraîner la diminution du nombre de personnes admises dans un rassemblement, ainsi que la fermeture de commerces comme les bars et les restaurants.

Christian Dubé a déclaré que ce week-end constitue «encore une chance» de modifier la tendance et d’éviter de forcer le gouvernement à faire des choix difficiles.

Le plus récent bilan des autorités de santé publique indique que 67 080 personnes ont contracté la COVID-19 au Québec depuis le début de la pandémie. La maladie à coronavirus a causé la mort de 5 797 personnes dans la province.

Laisser un commentaire
Les plus populaires