Des masques non conformes sont utilisés depuis des mois dans les services de garde

MONTRÉAL — Les services de garde éducatifs à l’enfance utilisent des masques non conformes depuis des mois. 

Le ministère de la Famille a envoyé un avis aux services de garde mardi pour leur demander de cesser immédiatement l’utilisation des masques MC9501, car ils ne sont pas conformes à l’une des trois exigences selon l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST).

La filtration du masque est en cause; c’est-à-dire qu’il ne fonctionne pas 100 % du temps.

Ces masques ont été distribués dans les milieux de garde entre mai et novembre.

Le ministère dit avoir reçu l’information de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) mardi, la même journée où il a informé les services de garde.

«Aussitôt qu’on en a pris connaissance, on a agi immédiatement. La santé et la sécurité des membres du personnel du réseau, c’est vraiment notre priorité», a assuré le ministre de la Famille Mathieu Lacombe en entrevue, mercredi.

Par un «concours de circonstances», le ministère avait déjà commandé d’autres masques et ceux-ci sont conformes.

«Nous, on fonctionnait avec le stock qu’on avait en masques depuis le début de la pandémie, c’était connu que ce stock-là arrivait à la fin. Il fallait en commander du nouveau», a expliqué M. Lacombe.

Les nouveaux masques sont déjà en possession des services de garde ou le seront dans les prochains jours, a assuré le ministre Lacombe. En attendant de recevoir les envois du ministère, les services de garde qui n’ont pas les nouveaux masques sont invités à se procurer l’équipement conforme dans les magasins.

M. Lacombe souligne par ailleurs que la situation dans les milieux de garde est «exceptionnelle», puisqu’on a dénombré seulement 951 cas de COVID-19 depuis le 13 mars dernier. 

«Ça va bien dans nos services de garde éducatifs à l’enfance. Quand on regarde le bilan, on s’aperçoit que les mesures de protection sont efficaces même si dans ce cas-ci on se fait dire par la CNESST qu’il faudrait utiliser un masque plus performant», a-t-il soutenu.

Un syndicat «choqué», mais rassuré

La présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), Valérie Grenon, dit avoir été «choquée» d’apprendre la nouvelle mardi dans un avis écrit du ministère.

Elle a toutefois salué l’initiative du ministre Lacombe, qui a convoqué le syndicat à une rencontre mercredi. Mme Grenon dit avoir été relativement rassurée par les propos du ministre.

«On va souhaiter que tous les masques arrivent très, très rapidement», a-t-elle indiqué en entrevue. Selon elle, des intervenantes ont travaillé encore mercredi avec les masques non conformes parce qu’elles n’avaient pas accès aux nouveaux.

Son syndicat fera des recherches pour déterminer si des intervenantes peuvent avoir été affectées par l’équipement non adéquat.

«(On) essaie de voir s’il y a eu des intervenantes qui auraient attrapé la COVID avec ce masque-là et (de voir), si elles avaient eu l’autre masque, est-ce que ça les aurait protégées à 100 %», a-t-elle expliqué.

Laisser un commentaire