Des militants vietnamiens auraient été ciblés par des pirates informatiques

BANGKOK — Le groupe de pirates informatiques Ocean Lotus a ciblé plusieurs militants vietnamiens des droits de la personne, a dénoncé mercredi Amnistie internationale, ce qui représente la plus récente attaque contre la liberté d’expression dans ce pays communiste.

Le groupe de défense des droits de la personne a précisé que son laboratoire de sécurité technologique a déterminé que deux dissidents, un aux Philippines et l’autre en Allemagne, ont reçu des courriels d’hameçonnage.

Des firmes de cybersécurité avaient précédemment détecté des tentatives de piratage lancées par Ocean Lotus contre des dissidents, des gouvernements et des compagnies de tout le sud-est asiatique. Les pirates entretiendraient des liens avec le gouvernement vietnamien, qui sévit contre la dissidence.

Amnistie a demandé à Hanoï d’enquêter.

Le rapport indique que le blogueur et militant démocratique Bui Thanh Hieu a été ciblé au moins quatre fois entre février 2018 et décembre 2019. Il a quitté le Vietnam et habite en Allemagne depuis 2013.

Un autre blogueur installé au Vietnam, et qui n’a pas été identifié pour protéger sa sécurité, aurait été attaqué trois fois l’an dernier.

Une organisation non gouvernementale installé aux Philippines, la Vietnamese Overseas Initiative for Conscience Empowerment (ou VOICE), a été ciblée par des pirates en avril 2020, selon le rapport.

D’anciens membres de VOICE auraient été harcelés et leurs passeports confisqués quand ils sont rentrés au Vietnam.

Les tentatives de piratages prenaient parfois la forme de courriels prétendant partager un document important et présentant un lien à cliquer pour télécharger un fichier, a dit Amnistie.

Une analyse des outils et techniques utilisés pour créer les courriels d’hameçonnage révèle qu’ils provenaient d’Ocean Lotus, selon le rapport. Les tentatives ciblaient les systèmes d’exploitation Mac OS, Android et Windows.

«Plus récemment Ocean Lotus a créé de faux sites de nouvelles à partir de contenus récoltés automatiquement sur des sites de nouvelles légitimes», peut-on lire dans le rapport.

Le Vietnam compte parmi les derniers pays communistes du monde à ne tolérer aucune dissidence.

Les groupes de défense des droits de la personne demandent au gouvernement vietnamien de cesser la répression des dissidents. Les blogueurs écoperaient notamment de punitions très sévères.

La firme de cybersécurité Volexity indique qu’Ocean Lotus a été identifié en tant que groupe de pirates installé au Vietnam en 2015.  Le groupe lancerait depuis 2013 des attaques sophistiquées et de grande envergure contre des pays asiatiques, l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est et plusieurs organismes et individus associés aux médias ou aux groupes de défense des droits de la personne.

– Par The Associated Press

Laisser un commentaire